Fichier .ai vide mais pas vraiment

ccciolll

Vétéran
Club MacG
Bonjour,

un client m'a fait parvenir ses qr-code au format .ai (car j'insistais pour les avoir en vectoriel, c'est plus simple à gérer).

Seulement, je ne sais pas comment il a procédé, mais pour moi les fichiers .ai sont vides.

Pensant qu'il s'agissait d'un problème de CS (j'ai la 4 et quand j'ouvre le .ai il me dit que ça a été fait dans une version plus récente) et n'ayant rien de plus en l'ouvrant dans acrobat, je l'ai transmis à un ancien collègue mieux équipé, en pensant qu'avec sa CS 6 ou je ne sais quoi, il aurait qqchose.

Et en effet, il a qqchose, mais il m'a expliqué qu'en fait la forme était en dehors de la zone de travail, et en .ai ça fait disparaître tout ce qui est en dehors (contrairement à l'EPS, que moi je préfère à tout autre format illustrator, n'en déplaise aux magiciens).

Donc il m'a récupéré la forme d'un fichier et renvoyé, youpi, ça marche.

Sauf que…


… sauf que j'ai voulu en faire autant avec ma CS4 et je n'y parviens pas.

j'ai tenté d'agrandir la zone de travail un maximum à partir du .ai,dans illustrator.
Rien
Même tentative dans Acrobat.
Rein
J'ai enregistré le fichier en .eps et essayé de l'importer dans xpress.
Toujours rien.

Et mon ancien collègue ne reviendra pas avant 14h au bas mot (il fait de longues pause repas car il rentre chez lui).

Du coup, en attendant je n'avance pas. ALors qi qqun avait déjà renonctré ce problème et aurait une procédure qui fonctionnerait en CS4 à partir d'un fichier supérieur, enregistré en .ai, je suis tout ouïe (enfin tout œil, plutôt).
 

Madalvée

Membre un peu pommé
Club MacG
26 Décembre 2009
3 561
676
43
Besançon (25)
Ma piste se serait de sélectionner tout les éléments par pomme a, utiliser l'outil plans de travail, utiliser le raccourci pour créer un plan de travail autour des éléments sélectionnés mais je ne me souviens plus si il existe ni lequeil il est…
 

ccciolll

Vétéran
Club MacG
Le pomme-a j'avais essayé et il ne trouve rien.

---------- Nouveau message ajouté à 13h03 ---------- Le message précédent a été envoyé à 12h49 ----------

Et même avec le PDF_intact des abratools de Distiller, pas de résultat (d'ailleurs il ne transforme pas le AI et met un message d'erreur).
 

magicPDF

abracadabrantesque
Modérateur
Club MacG
5 Décembre 2007
7 626
738
43.93 N / 4.84 E
abracadabraPDF.net
Et en effet, il a qqchose, mais il m'a expliqué qu'en fait la forme était en dehors de la zone de travail, et en .ai ça fait disparaître tout ce qui est en dehors
Oui depuis je ne sais plus quelle version de CS, Illustrator n'autorise plus à faire n'importe quoi n'importe où. Il faut que les illustrations restent dans le format de page pour être visibles.
:zen:
 

patlek

Membre d’élite
Club MacG
10 Août 2003
3 461
1 621
?

Moi, j' ai cs4, Cs5 et je fais régulièrement des éléments hors du plan de travail, ou du format de page, et ils sont visibles.

Sinon, pour le truc d' ajuster aux illustrations le plan de travail, c' est objet>plan de travail>ajuster a l'illustration (Pas de raccourci affiché)
 

flippy

Membre d’élite
20 Août 2009
1 399
63
As-tu essayé d'ouvrir le .AI via Acrobat Pro ? Est-ce qu'acrobat voit quelque chose ? Si oui, enregistrer sur Acrobat, puis réouvrir sur TA version de AI CS. Truc qui marche quand il faut ouvrir de l'AI trop récent par rapport à sa version... Mais le problème n'est peut-être pas là...
 

ccciolll

Vétéran
Club MacG
Non, apparemment, mon ancien collègue (qui est rentré, donc) m'a envoyé une capture : chez lui la forme est juste au dessus de la page, bien visible, chez moi, rien n'apparaît même avec un pomme-a, la fenêtre calque est vide aussi.
Donc on est bien, d'une certaine façon, dans un problème de CS inférieure. l'enregistrement en .ai semble perdre, pour les CS inférieures, les objets hors cadre. Et même acrobat 9 (celui de la CS4) ne peut pas trouver ses petits là-dedans.)

pour info, le fichier client est, je crois, du CS6 (je trouve Illustrator 16 en l'ouvrant dans text edit)


Donc la seule solution c'est d'avoir un ami qui peut l'ouvrir à ta place (ou redemander le fichier au client, mais parfois ça va plus vite de se faire un nouvel ami…)
 

magicPDF

abracadabrantesque
Modérateur
Club MacG
5 Décembre 2007
7 626
738
43.93 N / 4.84 E
abracadabraPDF.net
C'est un comportement prévisible et attendu.
Quand il a été instauré cela faisait déjà depuis 2 versions d'Illustrator que tout le monde* avait été prévenu.
D'autre part, je n'ai jamais compris cette manie qui consiste à placer des objets n'importe où, de préférence en dehors du format de page…
:)


* C'est-à-dire ceux qui se donnent la peine d'ouvrir manuels et notices…
 

ccciolll

Vétéran
Club MacG
Ben là, je t'avoue que je ne comprends pas non plus.

je pense qu'ils génèrent ça avec une machine quelconque qui n'a pas lu la notice indiquant que c'est quand même mieux de mettre l'objet dans la page (surtout s'il n'y a qu'un seul objet)…
 

claude72

Membre d’élite
Club MacG
13 Février 2005
3 657
277
60
Non, apparemment, mon ancien collègue (qui est rentré, donc) m'a envoyé une capture : chez lui la forme est juste au dessus de la page, bien visible, chez moi, rien n'apparaît même avec un pomme-a, la fenêtre calque est vide aussi.
Donc on est bien, d'une certaine façon, dans un problème de CS inférieure. l'enregistrement en .ai semble perdre, pour les CS inférieures, les objets hors cadre.
À l'époque de Illustrator CS4 et Illustrator 10 ou CS1, dans ce genre de cas avec la version inférieur on n'ouvre pas le fichier .AI d'une version supérieure, mais on l'importe...

... et, en fait on n'importe évidemment pas les données .AI (puisqu'elle sont dans une version incompréhensible), mais on importe le PDF associé dans le .AI hybride. J'ai fait l'essai avec Illustrator CS2, à partir d'un fichier CS4, et :
- primo, dans la fenêtre qui s'affiche pendant l'importation il est écrit "Lecture du fichier PDF",
- et deuxio un .AI CS4 sans PDF associé ne peut pas être "ouvert" dans Illustrator CS2, qui affiche alors le traditionnel message : "Il s'agit d'un fichier Adobe Illustrator qui a été enregistré sans contenu PDF. Pour importer ou ouvrir ce fichier dans d'autres applications, il doit être à nouveau enregistré à partir d'Adobe Illustrator avec l'option Créer un fichier compatible PDF activée..."
Double preuve que c'est bien le PDF de l'AI hybride qui est utilisé.


Et donc tout ton problème est logique et l'explication en est très simple :
- la partie des données .AI enregistre bien les éléments hors page, du moment qu'ils sont dans le plan de travail,
- mais le PDF qui est créé automatiquement au moment de l'enregistrement du .AI hybride est recadré au format de la page (plus éventuellement les bords-perdus)...

... donc :
- quand ton collègue ouvre ton fichier CS6 avec Illustrator CS6, il ouvre les données .AI, et il a tous les éléments qui sont dans le plan de travail, donc y compris le QR-code hors page,
- quand tu "ouvres" ton fichier CS6 avec Illustrator CS4, en fait il importe le PDF recadré au format de la page, donc ton QR-code n'existe pas !

CQFD !!!



Et même acrobat 9 (celui de la CS4) ne peut pas trouver ses petits là-dedans.
Bien-sûr : là encore c'est normal, puisque Acrobat 9 lit le PDF du fichier hybride... donc le PDF recadré !


Donc, en fait, tu n'as pas un fichier .AI vide, tu as un fichier .AI que tu ne peux pas ouvrir associé à un PDF vide !!! ;)



**********



magicPDF a dit:
D'autre part, je n'ai jamais compris cette manie qui consiste à placer des objets n'importe où, de préférence en dehors du format de page…
Pareil...

Du temps où j'étais imprimeur, je crois que je n'ai jamais reçu un truc fait sous Illustrator dans lequel la page était prise en compte... En fait, à chaque fois on a l'impression que le travail est "jeté" n'importe où sur le plan de travail, sans aucune considération pour la page, un peu "comme un chien pose sa crotte"...

Les graphistes/artistes un peu "évaporés" (et beaucoup branques) te diront que c'est pour cette raison qu'ils préfèrent Illustrator, parcequ'il n'y a pas de contrainte de page pour brider leur créativité... :siffle: :siffle: :siffle: :rolleyes: :rolleyes: :rolleyes:

(et d'ailleurs je me demande si ce n'est pas aussi la raison majeure qui fait utiliser Illustrator pour le packaging ???)
 
Dernière édition:

flippy

Membre d’élite
20 Août 2009
1 399
63
Je me permets d'ajouter un peu d'eau au moulin de claude72 (et pour défendre les illustrateurs soupçonnés de fantaisisme). Quand on fait de l'illustration, il arrive qu'on doit travailler des portions de dessin hors limites de page, comme si on utilisait le hors cadre comme du brouillon. On ne laisse au centre que l'objet fini. D'où le PDF qui ne traduit que dans les limites du cadre contraint par le Format de document... Logique :rolleyes:
 

ccciolll

Vétéran
Club MacG
Ben je dois admettre qu'il m'arrive d'avoir des fichiers illustrator de travail, avec des éléments posés comme des crottes (que j'enregistre en .ai, SANS visu pdf), MAIS qui n'ont pas vocation à quitter mon ordi et qui sont toujours suivis -s'ils doivent partir en prod- d'une version où ils sont finalisés, tout le reste étant supprimé (essais, calques), et placés au bon emplacement, à leur taille définitive dans une page au format (si je sais où ils apparaîtront après leur import). Et dans ce cas je n'utilise pas le .ai mais plutôt un .eps descendu à la version de CS1, toute options décochées et prévue en TIFF 8 (sauf formes noires).

Donc que le graphiste fasse du foutoir quand il "crée", je veux bien. Mais la moindre des choses c'est qu'il rende ensuite un document clair, isolé, fonctionnel.

Parce que les "vectos" de 10 Mo mesurant 1m sur 1 m, comportant 8 variantes du logo et importé à 12,3% sur 14,5 % dans un petit bloc image de 2 cm, j'en vois encore et à chaque fois ça me défrise. Sans compter les images bitmap inclusent dedans…

EDIT :

ah, j'oubliais, merci claude72 pour cette explication limpide et qui paraît évidente une fois qu'on l'a sous les yeux.
 
Dernière édition:

flippy

Membre d’élite
20 Août 2009
1 399
63
Je disais ça d'une manière générale. Mais tu as raison, pour des fichiers commerciaux sensibles (logos société, etc), il faut of course isoler les résultats, ne serait-ce qu'on ne puisse pas récupérer tous les tracés en réouvrant sur ILL (mais là, c'est un peu le B-A-BA ;) )...
 

patlek

Membre d’élite
Club MacG
10 Août 2003
3 461
1 621
Pareil... quand je dis que j' ai des fichiers illustrator, avec hors du plan de travail, des tas d' éléments, ce sont des fichiers de travail, de la meme manière, je peux avoir des fichiers avec 30 calques... mais ce ne sont pas les éléments définitifs pour l' imprimeur.
 

claude72

Membre d’élite
Club MacG
13 Février 2005
3 657
277
60
Ca aussi c'est un truc que je n'ai jamais compris, s'agissant d'éléments vectoriels…;)
Même si théoriquement le vectoriel n'a pas de taille d'utilisation et peut être agrandi et réduit (presque) à l'infini...

... les techniques d'impression et le rendu visuel imposent une plage de mise à l'échelle restreinte sous peine de voir apparaître des abérations visuelles et des problèmes d'impression : c'est surtout flagrant pour une réduction, qui risque de ramener des textes à une taille où ils deviennent illisibles, et des éléments (comme des filets ou des motifs en blanc) à une taille où ils deviennent inimprimables.

Donc un logo vectoriel a une taille d'utilisation optimale, et les bons graphistes le déclinent ensuite en plus grand et plus petit... mais :
- primo, il faut bien au départ créer le logo avec une taille : donc autant lui donner la taille de la 1re utilisation si elle est connue,
- et secundo, quand le graphiste n'a pas fait son travail et que l'imprimeur se retrouve à devoir adapter le logo trop grand à une utilisation trop petite (ou l'inverse) le plus simple est quand-même de travailler à la taille d'utilisation finale.


Et il y a aussi les imprimeurs qui n'ont pas le dernier RIP dernier cri qui gère le trapping automatiquement (ou les imprimeurs qui ne savent pas s'en servir) et qui doivent se taper le trapping à la main dans le fichier Illustrator... alors dans ce cas autant travailler à tel, ça évite les calculs compliqués !!!



***********



ccciolll a dit:
Ben je dois admettre qu'il m'arrive d'avoir des fichiers illustrator de travail, avec des éléments posés comme des crottes (que j'enregistre en .ai, SANS visu pdf), MAIS qui n'ont pas vocation à quitter mon ordi et qui sont toujours suivis -s'ils doivent partir en prod- d'une version où ils sont finalisés, tout le reste étant supprimé (essais, calques), et placés au bon emplacement, à leur taille définitive dans une page au format (si je sais où ils apparaîtront après leur import)
On est bien d'accord : on fait ce qu'on veut dans ses fichiers de travail, mais on livre aux autres (clients, imprimeurs, collègues) des fichiers propres !

En fait, les graphistes sont comme les propriétaires de chien : il y a des gens consciencieux et civiques qui ramassent les crottes de leur création (et de leur canidé préféré), et il y a les sagouins médiocres qui foutent leur merde partout et qui laissent les autres ramasser et nettoyer derrière eux (et leur clebs)...
 
Dernière édition:

ccciolll

Vétéran
Club MacG
Ca aussi c'est un truc que je n'ai jamais compris, s'agissant d'éléments vectoriels…
;)

  • Ben, comme j'utilise de l'EPS, un fichier à la bonne taille me permet d'économiser un peu de poids (la prévue EPS étant un genre de bitmap). Déjà… (Bon, certes, si j'allais au bout de cette logique de poids, je devrais alors enregistrer mes logos à 10% de leur taille d'import final)
  • Ensuite, comme le disait claude72 (sans aller aussi loin que lui dans les précisions), au moment de l'importation on est qd-même limité à une plage 10-1000% (ça, même le plus mauvais graphiste devra s'y plier).
  • Enfin, pour ma part, comme je dois importer ensuite dans Flash mes logos pour recomposer les visus à taille réelle, et que flash ne gère pas les mm, c'est plus simple pour moi que le logo soit à la bonne taille, au bon emplacement, dans une page de la bonne taille. Mais là, c'est une raison strictement personnelle, et il est vrai qu'un logo importé à 167 % ou 53,6 % ça n'a jamais vraiment fait de mal à grand monde.
 

magicPDF

abracadabrantesque
Modérateur
Club MacG
5 Décembre 2007
7 626
738
43.93 N / 4.84 E
abracadabraPDF.net
Ca me rappelle une vieille astuce : tout augmenter à 500% dans Illustrator avant d'enregistrer le fichier EPS final pour avoir une prévisu à peu près correcte dans XPress.
Mais c'était au siècle dernier, dans les années 90. Plus personne ne travaille comme ça aujourd'hui…
:siffle:
 

claude72

Membre d’élite
Club MacG
13 Février 2005
3 657
277
60
Ensuite, comme le disait claude72 (sans aller aussi loin que lui dans les précisions), au moment de l'importation on est qd-même limité à une plage 10-1000%
Ah oui, effectivement, ça je n'y avais pas pensé, car c'est seulement pour XPress !...

... alors que dans InDesign cette limitation n'existe pas.

Mais dans les versions récentes de XPress (ça n'existe pas dans XPress 6, mais c'est dans XPress 8) il y a en plus l'extension "Scale" qui peut modifier l'échelle d'un import, ce qui permet de faire deux mises à l'échelle en cascade, et donc permet de s'affranchir des limites 10-1000 de la mise à l'échelle "normale" des blocs image...