Le piratage comme "cause nationale"

CastorJR

Membre confirmé
23 Janvier 2003
190
1
Je fais un copier/coller d'un message que j'ai deja posté dans un forum:

Les maisons de disques proposent que le piratage de musique sur les reseaux p2p soient considérés comme je cite: "grande cause nationale"


la news sur pc inpact

Heureusement, on est dans un pays sans misère ni maladie, pas de chomage ni de précaritée, la recherche va bien, la jeunesse n'a jamais été aussi cultivée (il faut declarer endemol d'utilitée public, j'insiste!), la pollution c'est fini, le traffic d'organe, la pedophilie, la corruption, et les mafias n'existent plus...tout va bien...

Alors on a bien du temps pour regler les problemes de tresoreries des maisons de disques.

je suis pour!
 

-anonyme-

Légende
26 Février 2001
66 286
2 670
Que les maisons de disques mettent d'abord en place la vente de musique par internet de qualité avent de pointer du doigt aux internauts qui téléchargent de la musique. Je ne considère surtout pas la manipulation de téléchargement comme un acte de piratage.
 

Finn_Atlas

Vénérable sage
Club MacG
11 Décembre 2002
12 117
771
DTC Marketing
Ah bah si c'est pour la bonne cause alors je veux bien m'y mettre tiens
Allez piraaaaaate !!!
 

purestyle

Membre d’élite
Club MacG
28 Juin 2003
2 102
141
47
Fluctuat nec mergitur
L'industrie française du disque ne trouve plus autant de lait dans les vaches françaises.
C'est évidemment la faute du consommateur si les artistes qu'elle nous impose ne vendent pas assez.
Je m'excuse et j'implore le pardon des majors, de ne pas avoir regardé ni acheté Star Academy, Popstars et leurs produits dérivés , de ne pas avoir encore acheté le disque de Florent Pagny, de ne pas avoir été aux concerts de Pascal Obispo.
Je promet de faire autant d'efforts que possible afin d'ajuster ma culture personnelle pour qu'elle ne fasse qu'une avec celle qu'on m'impose, je veux être un bon citoyen.
 

Switcher

Membre émérite
17 Septembre 2002
643
24
48
Lou païs dou souleu.
soundcloud.com
Extrait de l'article : La Société civile des producteurs de phonogrammes en France (SPPF) déclare que "la gratuité induite par le téléchargement illégal de fichiers musicaux sur internet via les réseaux «Peer To Peer» risque d'altérer de façon profonde et durable le modèle économique de l'industrie du disque".

Grosso modo, moins de revenus pour les disquaires, les labels, les éditeurs, bref toute une chaîne culturelle bientôt mise à mal par le système du Peer2Peer.

Je suis mort de rire.

1. Ici à Avignon, nous avons en centre-ville - roulez tambours, sonnez trompettes - une FNAC. En fait, il s'agit du SEUL disquaire multi-genres, les autres pratiquant soit l'occase soit des thématiques sonores particulières - techno ou classique principalement. Tous les autres disquaires multi-genres ont disparu, écrasés par le mastodonte de PPR.

Curieusement, je n'ai pas ouï dire que ces enseignes se portaient mal : la FNAC parce que son C.A. ne dépend pas majoritairement du disque, les autres parce que leur spécialisation évite - en partie - une concurrence frontale du web et leur offre une niche ainsi qu'une clientèle dédiée.
Je ne dis pas que personne ne va télécharger du MP3 de Hildegarde Von Bingen, Marin Marais ou Steve Roach, mais la qualité audio risque de prendre un shoot sévère. Alors que dans le cas de la Star'Ac (ou Evanescence, ou ce que vous voudrez d'un peu "gros son"), la perte est moins importante - bref, vous voyez ce que je veux dire...

2. Les autres magasins disposant d'un espace disques sont en périphérie (Cultura, Virgin), enseignes multi-genres elles aussi et ne dépendant pas du disque pour leur survie. Et puis... il y a les Hyper et leur choix systématiquement dédié aux majors, ceux-là même qui gueulent contre le P2P.

3. Où les français moyens s'achalandent-ils précisément en biens de consommation courante, en produits culturels et en informatique ? En hypermarchés, lieux où les têtes de gondoles et les responsables de rayons doivent faire du chiffre et où le Plus Petit Dénominateur Commun sera mis en avant. Avez-vous jamais vu un seul hyper prendre un risque culturel en mettant en avant un produit qui n'avait pas bénéficié d'une campagne de pub préalable ? Non.

4. L'offre y est donc régulée sur de grands standards : quelques Bestoffes, deux-trois albums des plus gros vendeurs drivés par des singles puisamment médiatisés, une tripotée de compiles, et les dernières prods à la mode de chez nous. Une faiblesse dans le choix qui en fait une proie facile pour le P2P.
Car la musique - et les biens culturels en général - restent chers à l'achat. "Woah, il est pas donné le dernier IAM - T'inquiète, je peux t'le charger sur Kazaa".

Pour l'enfant, le collégien - mais également le bon père de famille - internet (si tant est qu'on en dispose... sinon, il y a toujours les amis) devient alors une grande caverne d'Ali Baba. Ne pas succomber un minimum ne serait pas humain.

5. La musique ayant perdu toute forme matérielle par l'entremise du net - et donc toute notion de légalité/illégalité, le P2P s'assimile alors à une free-radio en ondes ouvertes où l'auditeur va commander ses playlists comme s'il enregistrait sur une (grosse) cassette ses émissions favorites. Une nouvelle forme de comportement naît, dans lequel la mise à disposition gratuite devient normalisée par la force des choses. Et là le modèle économique, il en prend un sale coup. Indeed.

6. Allez donc dire à ces nouveaux consommateurs qu'ils enfreignent la loi, ils vous répondront 1. qu'ils payent leur internet 2. qu'ils sont taxés sur les supports sur lesquels ils dupliquent leurs fichiers musicaux 3. que tout le monde le fait 4. que l'Etat et les majors du disques "s'en mettent suffisamment plein les fouilles comm'ça..." et que ce ne sont pas quelques téléchargements qui vont mettre leur business en danger.

D'un côté, des compagnies de disques complètement décrédibilisées et juridiquement belliqueuses, qui n'ont pas senti venir le vent de l'internet et qui - tout comme les politiques - tentent de le rattraper, qui virent des artistes pour absence de rentabilité... et qui prétendent récupérer une partie de ce qui est téléchargé parce que, quand même, c'est un peu leur gagne-pain et que les artistes, ça coûte cher : j'ai lu quelque part que vus les frais engagés dans le dernier Robbie Williams, celui-ci avait été contractuellement obligé par EMI d'en vendre x millions, sinon... Il arrive la même tuile à M. Jackson. Pour un Jackson et un R. Williams produits, combien de musiciens tout aussi talentueux laissés sur le bas-côté ? Bref, des majors dont la puissance de lobbying n'est pas des moindres puisque s'appuyant désormais sur de très grands groupes (de pression) média.

De l'autre côté, les consommateurs du "hub numérique", et d'internet en particulier, tous potentiellement pirates, plusieurs centaines de millions d'utilisateurs. Certains plus au fait que d'autres sur leurs droits et leurs devoirs d'internautes, certains carrément pirates, d'autres naïfs, la plupart sachant désormais que la législation interdit le P2P dans la très grande majorité des fichiers...

Les fans du P2P accepteront-ils de revenir sur leurs pratiques ? Rachèteront-ils des CDs (si jamais ils en achetaient auparavant) ? Seront-ils menacés d'extradition par la RIAA ?

Les majors commencent vraiment à flipper. Ce qui n'est jamais bon pour le business. Alors, en France, on en appelle au politique. On légifère, alors que des textes de lois existent peut-être déjà...
Bref, on refuse de se remettre en question - les actionnaires n'aiment pas ça - et on préfère brandir le bâton de la Loi.

Woah.
Ca fait peur.

Le piratage (musical), grande cause nationale ? Vous voulez dire, au même niveau que le chômage, la pauvreté, l'insécurité routière, la maladie, j'en passe et des meilleurs ?

On marche sur la tête.

Il n'y a pas plus important ?

(à suivre...)
One more time : désolé pour la longueur du post.
 

FANREM

Membre d’élite
Club MacG
29 Avril 2001
2 114
573
La Varenne
Les maisons de disques recoltent ce qu'elles ont seme. Comme tu l'expliques si bien, il n'y a plus le moindre disquaire en France excepte Fanc, Virgin hypers et consorts. Elles en sont responsables avec une politique de distribution lamentable qui a toujours privilegie les gros volumes a la qualite. Depuis la pub Tv, on te matraque une compil bidon 7 jours et on en vend 500 000 d'un coup. Suivant ce processus, on arrive meme a une situation abracadabrante qui aboutit au fait que comme il y a des milliers de Relay hachette, et que si chacun en commande 20, on realise un carton en quantité, et a bas prix de revient.
Quand a la decouverte et la promotion de nouveaux talents, c'est vraiement un alibi facile. Il y a plein d'artistes - du moins pour la musique que je connais le mieux - qui denoncent cette politique, et lancent des formules alternatives : Net, participation à des festivals.
Quand j'etais lyceen, je prenais un enorme plaisir a aller dans les magasins de disques, a l'epoque, on pouvait ecouter les disques que l'on voulait. Les vendeurs etaient passionnes, et nous clients finaux on en achetait et meme beaucoup. Vous vous imaginez dans la peau d'un groupe de lyceens aujourd'hui se donnant Rv a Carrefour pour ecouter le dernier Pagny ? C'est pas bandant non ?
Mes enfants telechargent raisonnablement, et pour eux c'est un reflexe naturel. C'est facile, gratuit et ils n'ont vraiment pas le sentiment de cometrre un delit. Tout le monde le fait autour d'eux, c'est un changement radical de comportement
Maintenant que le pas est pris, et que c'est un reel bouleversement culturel, tout le monde panique. Mais je ne suis pas inquiet pour les artistes majeurs : voire l'enquete des revenus du Figaro, et de toutes facons, les petits auront toujours du mal a s'en sortir : malheureusement
Ce n'est pas le fait de legiferer qui changera quelque chose. A quand un super Sarko de la musique au boulot ?
 

woulf

Membre d’élite
Club MacG
12 Décembre 2001
4 146
345
purestyle a dit:
L'industrie française du disque ne trouve plus autant de lait dans les vaches françaises.
C'est évidemment la faute du consommateur si les artistes qu'elle nous impose ne vendent pas assez.
Je m'excuse et j'implore le pardon des majors, de ne pas avoir regardé ni acheté Star Academy, Popstars et leurs produits dérivés , de ne pas avoir encore acheté le disque de Florent Pagny, de ne pas avoir été aux concerts de Pascal Obispo.
Je promet de faire autant d'efforts que possible afin d'ajuster ma culture personnelle pour qu'elle ne fasse qu'une avec celle qu'on m'impose, je veux être un bon citoyen.
Tu seras tondu à la prochaine star ac'


Ahhhh, même si je m'en doutais, ça fait du bien de se sentir moins seul... On sera tondus ensemble
 

Fulvio

Membre d’élite
Club MacG
28 Novembre 2002
2 728
189
41
Somewhere in Nord-Isère
Excusez-moi si je me met à contre-courant, mais je tiens quand-même à vous rappeler qu'il y a au bout de la chaîne un artiste qui a globalement les mêmes besoins financiers que vous et moi : bouffe, chauffage, toit, impôts et plein de trucs du même style que le statut d'artiste ne dispense pas...

Et amha, la cupidité des maisons de disque et des distributeurs et la médiocrité des musiques les plus médiatisées n'excuse pas le piratage. Ce dernier argument me parait d'ailleurs d'une rare imbécillité : "on me propose de la merde, alors je pirate !" Et tu pirates quoi, la merde ou autre chose ? Si c'est pour pirater ce que l'on considère soi-même comme de la merde, je vois pas l'intérêt. Si c'est pour pirater autre chose que l'on considère meilleurs, alors merci de faire trinquer l'artiste, merci beaucoup !
Quant aux profits des maisons de disque, il faut rappeler que tout ce qui ne va pas dans la poche de l'artiste ne va pas non plus dans celle de Pascal Nègre. Il y a des intermittents du spectacle, dont on s'émeut du sort. Il y a aussi des manards qui pousse des caisses de disques. Eh oui, votre disque payé à la Fnac ou ailleurs paye aussi ces personnes.

Je dis pas que l'industrie du disque est un univers merveilleux où tout va bien. Je dis pas non plus que le pirate est un criminel en puissance (car moi-même je...
) Je dis juste que les arguments des pirates sont au moins aussi hypocrites que ceux des majors (pourtant pas piqués des hannetons non-plus). Je vous rappelle que l'artiste et nombres d'intermédiaires ne vivent pas d'amour et d'eau-fraîche. Et sans avoir de chiffres concrets à vous fournir, je crains que le piratage ne nuisent plus aux artistes indépendants qu'aux grosses pointures médiatiques.

Voilà.

Sinon, paix et amour à tous, hein, pas taper !
 

purestyle

Membre d’élite
Club MacG
28 Juin 2003
2 102
141
47
Fluctuat nec mergitur
lupus yonderboy a dit:
Excusez-moi si je me met à contre-courant, mais je tiens quand-même à vous rappeler qu'il y a au bout de la chaîne un artiste qui a globalement les mêmes besoins financiers que vous et moi : bouffe, chauffage, toit, impôts et plein de trucs du même style que le statut d'artiste ne dispense pas...

Et amha, la cupidité des maisons de disque et des distributeurs et la médiocrité des musiques les plus médiatisées n'excuse pas le piratage. Ce dernier argument me parait d'ailleurs d'une rare imbécillité : "on me propose de la merde, alors je pirate !" Et tu pirates quoi, la merde ou autre chose ? Si c'est pour pirater ce que l'on considère soi-même comme de la merde, je vois pas l'intérêt. Si c'est pour pirater autre chose que l'on considère meilleurs, alors merci de faire trinquer l'artiste, merci beaucoup !
Quant aux profits des maisons de disque, il faut rappeler que tout ce qui ne va pas dans la poche de l'artiste ne va pas non plus dans celle de Pascal Nègre. Il y a des intermittents du spectacle, dont on s'émeut du sort. Il y a aussi des manards qui pousse des caisses de disques. Eh oui, votre disque payé à la Fnac ou ailleurs paye aussi ces personnes.

Je dis pas que l'industrie du disque est un univers merveilleux où tout va bien. Je dis pas non plus que le pirate est un criminel en puissance (car moi-même je...
) Je dis juste que les arguments des pirates sont au moins aussi hypocrites que ceux des majors (pourtant pas piqués des hannetons non-plus). Je vous rappelle que l'artiste et nombres d'intermédiaires ne vivent pas d'amour et d'eau-fraîche. Et sans avoir de chiffres concrets à vous fournir, je crains que le piratage ne nuisent plus aux artistes indépendants qu'aux grosses pointures médiatiques.

Voilà.

Sinon, paix et amour à tous, hein, pas taper !

this monkey's gone to heaven ? (private joke)

Les maisons de disques ne sont pas en déficit, elles ont plus de manque à gagner, c'est ça qui les emmerde. 140 balles le cd c'est abusé, surtout pour les ados.
Demande donc à Madonna si à 18 ans elle aurait été prête à débourser 800 F pour aller voir un concert de son idole.
 

mercutio

Membre d’élite
Club MacG
4 Novembre 2000
1 789
23
Pour faire court, je ne vois pas la différence entre enregistrer des morceaux directement d'une radio sur une cassette et trouver des MP3 sur le net. Si ce n'est le choix et le moment voulus...les technos évoluent, les mentalités de même.

Et puis pourquoi on est obligé d'avoir non stop les mêmes artistes/morceaux en boucles sur les radios ? ça m'énerve... vous avez de la chance en France, vous n'avez pas Radio Contact (radio N°1 en Wallonie il parait), spécialement crée pour les débiles qui aiment bien se marteler la tête non stop contre un mûr.

De toute façon,les cd sont trop chers (sauf ceux packagé en carton) par contre je veux bien payer pour des festivals/concerts (qui deviennent de + en + cher également)
 

Fulvio

Membre d’élite
Club MacG
28 Novembre 2002
2 728
189
41
Somewhere in Nord-Isère
mercutio a dit:
Pour faire court, je ne vois pas la différence entre enregistrer des morceaux directement d'une radio sur une cassette et trouver des MP3 sur le net. Si ce n'est le choix et le moment voulus...les technos évoluent, les mentalités de même.
Si dans l'idée, ça n'est pas très différent, dans les faits, ça l'est. Outre le fait qu'il faille tomber sur la chanson au bon moment, si tu veux l'enregistrer à la radio, tu devra subir les contraintes de la cassette : un support de qualité moyenne, peu confortable (rembobinage etc.), copiable mais avec altération. Par ailleurs, ton morceau est copié, mais tu es le seul à en profiter. On peut toujours t'en demander un copie, mais la clientèle pour ça est faible (tes proches) et il devront te fournir une cassette et attendre que tu fasses la copie.
Par contre, si tu dispose d'un MP3 et d'un service de P2P, la situation change : le morceau, s'il n'est pas réellement disponible illico, est trouvable instantanément ; le son est de meilleur qualité (même si les puristes ne s'en satisfont pas) et qui ne s'altère pas lors des copies ; et surtout une mise à disposition immédiate pour tout utlisateur de ton service de P2P.

On passe du piratage anecdotique (à vrai dire, qui se faisait des cassettes de chanson passé à la radio ? -- hormis diffusions de concert) à un phénomène beaucoup plus massif (par contre, qui a un ordinateur, une connexion haut-débit et ne profite pas du P2P ?)

mercutio a dit:
Et puis pourquoi on est obligé d'avoir non stop les mêmes artistes/morceaux en boucles sur les radios ? ça m'énerve... vous avez de la chance en France, vous n'avez pas Radio Contact (radio N°1 en Wallonie il parait), spécialement crée pour les débiles qui aiment bien se marteler la tête non stop contre un mûr.
Des radios de merde, on en a, en France, je te rassure. Mais comme je l'ai dit, je pense que la médiocrité de la production musicale n'excuse pas le piratage. On n'est pas obligé d'écouter des radios de merde (il parait que Radio 21, en Belgique, est très bien), on n'est pas non plus obligé d'en acheter. Il y a par ailleurs des tonnes de choses de qualité, qui nécessitent peut-être un peu de curiosité pour être découvertes, et dont les auteurs/compositeurs/interprêtes ne méritent pas la punition qu'on voudrait infliger au major.

mercutio a dit:
De toute façon,les cd sont trop chers (sauf ceux packagé en carton) par contre je veux bien payer pour des festivals/concerts (qui deviennent de + en + cher également)
Je fais le même constat que toi
Je n'en fait pas une raison pour pirater
 

JPTK

Cas clinique
Club MacG
19 Septembre 2002
21 802
2 882
43
Grenoble/Le Creusot
jamrek.com
Bon... conclusion, on la connaissait déjà mais je dis à nouveau :

Achetez les CD des artistes que vous aimez vraiment et dépêchez vous de pirater tous les autres !
Mais là vous allez me dire, pourquoi DL de la zik qu'on aime po ? Bah oui c'est un peu con hein...


Pour le sport ? Nan ça tient pas la route...

Pour être sûr qu'on les aime vraiment pas !
Yeah ça me plaît ça !


Plus sérieusement, n'oublions pas l'aspect positif du P2P qui permettra de faire évoluer l'industrie musicale, obsolète, gravataire et oppulente.
Les gens en ont marre de payer trop cher pour un produit de merde.

Déjà ils en ont marre que la musique soit un produit comme un autre tout court.
Moi jai découvert des groupes via le P2P et quelques amis, j'ai acheté des albums grâce à ça et je vais même à un concert une fois de plus grâce au P2P.

Je rappel qu'il y a pas mal d'album que j'ai DL et que je n'aurais jamais acheté, peut-on alors parler de perte pour qui que ce soit ? Non, non et définitevement non. Surtout que je les jette ensuite et n'en fait profiter personne.

Vive l'ITMS, vive la possibilité d'avoir un aperçu d'un album avant de l'acheter, vive le P2P en attendant l'ITMS et surtout vive le choix... parce que pour l'instant y a pas trop d'indé sur le catalogue de Steeve.

A quand la réforme des majors hein ?


Salauds du privée qui foutent rien...
 

-anonyme-

Légende
26 Février 2001
66 286
2 670
lupus yonderboy a dit:
Et amha, la cupidité des maisons de disque et des distributeurs et la médiocrité des musiques les plus médiatisées n'excuse pas le piratage. Ce dernier argument me parait d'ailleurs d'une rare imbécillité : "on me propose de la merde, alors je pirate !" Et tu pirates quoi, la merde ou autre chose ? Si c'est pour pirater ce que l'on considère soi-même comme de la merde, je vois pas l'intérêt. Si c'est pour pirater autre chose que l'on considère meilleurs, alors merci de faire trinquer l'artiste, merci beaucoup !
C'est exactement ca !!!
arguments de m.. contre arguments minables !

Le piratage ben c juste pasqu'il est tellement plus simple et facile d'obtenir qqchose gratuitement que de le payer !

si les gens pouvaient "pirater " leur bouffe ou leur essence ils le feraient aussi sous pretexte que c tro cher, que c de la merde bref ... n'importe quel argument minable pour se donner un minimum de bonne conscience !

moi j'prefere avouer plus simplement que je pirate de la musique (ou des films) pour 3 raisons
- 1 c GRATUIT !!! et tu peu chopper ts les albums d'un artiste en 1 coup
- 2 c (relativement) rapide et facile
- 3 m'en bat les ...lles du reste !
- 4 C'est GRATUIT !!!!

et jamais aucune boite de diffusion (la plus honnete soit elle) n'arrivera a ces tarifs la !

et franchement jvous laisse vous lacher mais ts les "autres" arguments des "pro" piratage genre lutte contre le mondialisme, c vraiment n'importe quoi !
tous ceux qui "pirate" le font pour leur propre profit loin de toutes les causes défendables ! (sans parler de la fierté de dire ... ca y est moi j'ai deja le seigneur des zanneaux en Divx Supramega top 3 CD a peine pixélissé sur les zaplats !) no comment !

CQFD
sur ce je vous laisse vous entretuer
j'ai du boulot :p
 

benR

Membre d’élite
Club MacG
17 Juillet 2000
3 480
11
Paris
www.lasauce.eu
lupus yonderboy a dit:
Excusez-moi si je me met à contre-courant, mais je tiens quand-même à vous rappeler qu'il y a au bout de la chaîne un artiste qui a globalement les mêmes besoins financiers que vous et moi : bouffe, chauffage, toit, impôts et plein de trucs du même style que le statut d'artiste ne dispense pas...

Et amha, la cupidité des maisons de disque et des distributeurs et la médiocrité des musiques les plus médiatisées n'excuse pas le piratage.
En deu xmots, pour mon premier post du taff, je suis 100% d'accord avec ce que tu dis...

Dans le débat sur le piratage, les maisons de disque on bon dos, généralement. Comme elles vendent de la Star Ac', le public aurait le droit de pirater...
 

alèm

Cas clinique
10 Juin 2001
31 576
2 790
Belgrade
www.64asa.net
mercutio a dit:
vous avez de la chance en France, vous n'avez pas Radio Contact (radio N°1 en Wallonie il parait), spécialement crée pour les débiles qui aiment bien se marteler la tête non stop contre un mûr.
on capte très bien cette grosse radio de merde jusqu'en picardie (je dirais senlis au vu de mes transports routiers), merci. Vous pourriez la garder, nom de dieu !
 

Luc G

Vénérable sage
Club MacG
17 Octobre 2001
11 882
1 896
66
Dans le sud
luc.greliche.free.fr
Quand je vois le discours des maisons de disques, si on peut encore appeler ça comme ça, je suis sur le cul de leur hypocrisie. Mais comme lupus et BenR, je trouve un peu facile de dire : regardez l'autre comme il est vilain, moi je suis un gentil pirate. Le quidam fait comme il veut mais il faut pas demander en plus qu'on lui livre une auréole de brillant lutteur anti-capitaliste, tout ça parce que le quidam estime en gros que ce qui est à lui est à lui et que le reste est négociable. C'est pas du crypto-gauchisme, c'est du crypto-capitalisme


Je peux pas piffrer l'approche d'Universal et compagnie (sans parler de leurs protectiosn à la con) mais il y a sans doute d'autres circuits de distribution à imaginer mais si la philosophie générale, c'est : la musique c'est gratoche ! faut pas compter que plein de gens vont se prendre la tête x heures par jour pour vos beaux yeux ; vous le feriez, vous ?


J'avoue que c'est sans doute plus facile à raisonner comme ça quand on achète, comme moi, essentiellement des disques de petits groupes de jazz, ou du classique sans grands noms. Je comprends que ça foute les boules de raquer pour un cd de Céline Dion
mais le mieux, c'est de ne pas l'écouter
(en plus ça doit passer à la radio en permanence, ces trucs, non ?
)
 

toto

Membre confirmé
23 Novembre 2000
205
58
61
Lausanne
purestyle a dit:
this monkey's gone to heaven ? (private joke)
héhé ça s'époumonne sans fin sur les vices et les vertus du piratage mais ça passe à côté de cette subtile référence aux Pixies!! rhalala...