Livre Apple Pixar Mania? Qu'en pensez-vous?

vincmyl

Vétéran
Club MacG
24 Septembre 2003
5 665
37
39
Strasbourg
Qu'en pensez vous? Si quelqu'un l'a deja lu? moi j'en suis au début et c'est plutot pas mal
 

WebOliver

Propre en Horde
Club MacG
31 Janvier 2000
31 518
4 207
Plus là
Je suis assez intéressé... Je pense que je vais me le procurer.

Au passage, j'ai modifié le titre: pas nécessaire de crier.
 

Lio70

Fitzcarraldo de l'IT
Club MacG
16 Janvier 2004
2 381
1 058
50
Cracovie
J'ai l'intention de l'acheter le week-end prochain. Les bouquins écrits sur ou, mieux, par les grands acteurs ou visionnaires d'un secteur (l'informatique) qui a autant d'impact sur notre société sont toujours intéressants. Pour information, tout Mac-user devrait aussi lire:

"La route du futur", par Bill Gates, éd. Robert Laffont.
"Il était une fois Linux", par Linus Torvalds, éd. Osman Eyrolles Multimedia.

Mais puisque nous sommes des Mac-users, je nous recommande aussi:

"Comment Microsoft a fait main basse sur votre ordinateur", par Gilles Fontaine, éd. Assouline.
 

vincmyl

Vétéran
Club MacG
24 Septembre 2003
5 665
37
39
Strasbourg
Je conseille aussi la " la saga du macintosh" chez courrier international
 

WebOliver

Propre en Horde
Club MacG
31 Janvier 2000
31 518
4 207
Plus là
Puisqu'on y est rappelons l'excellent livre de Roberto Di Cosmo Le hold-up planétaire. Plus que jamais d'actualité.
 

ederntal

Membre d’élite
Club MacG
21 Avril 2002
3 286
382
34
Paris et bretagne
www.ederntal.com
Et "macintosh. the naked truth" de Scott kelby (il existe un article sur Cuk sur ce bouquin, tres élogieux)
Malheureusement qu'en anglais, mais vraiment tip-top

Des que je l'ai fini je fonce sur ce bouquin sur steve... et sur celui de Di Cosmo, dont jai eu la chance de pouvoir voir une de ces conférences, un homme qui s'y connait!
 

vincmyl

Vétéran
Club MacG
24 Septembre 2003
5 665
37
39
Strasbourg
Je connaissais pas celui la ; merci pour l'info...
 

vincmyl

Vétéran
Club MacG
24 Septembre 2003
5 665
37
39
Strasbourg
En tout cas c'est pas les livres sur Apple qui manquent je trouve
 

Switcher

Membre émérite
17 Septembre 2002
643
24
48
Lou païs dou souleu.
soundcloud.com
J'ai eu la chance d'acheter l'ouvrage hier et de le lire dans la foulée - 12,50 €, pour info.

Chose curieuse, j'étais dans une "grande surface culturelle" bien peuplée (samedi oblige), et n'étant pas habitué aux rayonnages de cette enseigne, j'ai demandé s'ils l'avaient en stock. Surprise, non seulement la gentille vendeuse connaissait (quand on sait combien de références sortent par semaine et quand on connaît la compétence globale de ce type de "vendeurs", j'avoue que je suis tombé sur une perle) mais en plus, ils en avaient un sacré paquet !

Eyrolles a semble-t'il mis les petits plats dans les grands pour en vendre une quantité respectable. Ca, c'est pour le côté marketing.


Tout de suite, la méfiance au niveau du titre : "Apple Pixar Mania" en gros, avec "ipod, itunes, Nemo, The Incredibles, 20 ans du Mac ... l'année Steve Jobs" en sous-titre (je sais, ça fait long). Un peu catalogue publicitaire, tout ça, mais logique si l'ouvrage s'adresse au grand public - un coup d'oeil à l'intérieur suffit, c'est écrit aussi gros qu'un roman d'Amélie Nothomb !

L'illustration de la jaquette montre un Steve Jobs poivre et sel lors d'une de ses keyn... conférences, avec une pomme floutée en arrière, mais on a bien reconnu un certain logo...

Le bandeau rouge qui ceint l'ouvrage s'orne d'un énorme "MANIA". Hmmm...

La quatrième de couverture s'orne d'une déclaration de Jobs tirée du "MacWorld" de février 2004... en anglais ! Chose curieuse, on retrouvera cette même déclaration parfaitement traduite, dans le corps de l'ouvrage. Je veux bien croire que les français maîtrisent la langue de Wilde, mais quand même... Erreur de maquettage ?

Ca, c'était pour l'aspect extérieur.

La bio de l'auteur n'appelle aucun commentaire, sinon qu'elle nous informe qu'il pratique la veille technologique et qu'il collabore à une lettre d'infos "co-éditée par le CNRS". On nous dit qu'il est ingénieur en informatique (ça commence mal, ai-je pensé), qu'il a fondé "le premier magazine 100 % électronique du Web francophone", et dirigé une des premières start-up française "dédiée à l'édition de sites d'information consacrés à la technologie"...

Un flou artistique gênant à mon sens. Il a roulé sa bosse, mais ce n'est pas avec un CV pareil - sans aucune référence concrète - qu'on se donne contenance et crédibilité.

Ah si, sa bio mentionne qu'il possède un iMac, un iBook et un iPod. Un "Nota bene" à la fin du dernier chapitre de l'ouvrage nous apprendra que sa rédaction a débuté sur un PowerBook G3 et s'est achevée sur iMac G4 ! Nous avons affaire à un fan de la Pomme - ce que la lecture confirmera. Toutes ces infos étaient-elles primordiales ? Le PC-user lambda qui feuillette l'ouvrage risque de penser que celui-ci est biaisé. A moins qu'il ne s'adresse qu'aux Mac-addicts ? Pas sûr : Pixar est sensé draîner bien au-delà de 'nos' sphères...

L'ouvrage - 240 pages, dont 231 de rédactionnel - se lit vite (c'est écrit GROS, l'ai-je déjà souligné ?), l'écriture est journalistique, claire et assez agréable - je n'ai relevé qu'une seule coquille - la tendance est au laisser-aller dans l'édition à ce niveau.

Nous sommes visiblement dans le registre de la biographie. Une notice en début d'ouvrage nous indique cependant "qu'il ne s'agit pas d'une biographie dans le sens où on l'entend habituellement. Car (...) nous avons cherché à comprendre (Steve Jobs), ses actes, sa stratégie." Steve n'ayant pas souhaité participé à l'ouvrage, celui-ci "doit être pris pour ce qu'il est : une histoire commentée, mettant en lumière quelques pans essentiels de la révolution numérique dans laquelle s'est engagée notre monde". Woah. L'intention louable ne cache pas une ambition un poil grandiloquente.

On l'aura compris, de Jobs et de ses relations avec autrui il sera question durant tout l'ouvrage. Mais surtout, du GRAND DESSEIN de Steve Jobs : changer l'humanité et la rendre meilleure.

L'auteur - s'il se veut journalistique - ne cache pas toujours son admiration du bonhomme : le style devient alors vif et assez emporté - quoique rarement ampoulé.

Le contenu repose pour beaucoup sur le discours rapporté : récupérations d'interviews, de propos, de notes, d'articles glanés dans une bibliographie réduite (6 ouvrages), des sources télévisuelles (il s'étend pas mal sur le TV-film "Les Pirates de la Silicon Valley") ou Internet (une grosse dizaine de sites cités, dont "l'Aventure Apple", MacGénération, et autres). Pas d'investigations directes semble-t'il... Une matière qui semble riche, dont il tente d'extraire les faits les plus signifiants.

Le problème de toute biographie est de savoir équilibrer les différentes parties d'une vie. Ici, la jeunesse de Jobs, ses premières années Apple et l'aventure NeXT / Pixar (1955-1995) prennent 80 pages bien fournies ; son retour chez Apple (et les coulisses de l'accord Microsoft-Apple) et la nouvelle stratégie globale pour la compagnie le reste, soit 151 pages pour la période 1996-2003.

L'histoire "récente" est donc disséquée pour le plus grand plaisir de l'auteur - qui s'était fait une joie de décrire une Apple sans Jobs à la dérive. Son recul (?) lui permet de décrire le grand schéma planificateur de Jobs, qui aurait TOUT pensé, tel un grand sage, depuis son retour - et même parfois AVANT son retour : les gammes grand public / pro, l'iMac, le design, les Apple Stores, MacOS X, les accords HP-Pepsi, iTools, .mac, iSight/iChat, recentrage sur le métier, iTMS / iPod / GarageBand, tout y passe ou presque...

Certes, les parts de marché (qu'il faut relativiser, précise l'auteur, eut égard de la nature fluctuante de l'informatique) diminuent et Cyril Fievet ne nie pas les diverses inquiétudes des Mac-addicts - qu'il semble bien connaître par ailleurs. Mais il multiplie les arguments - et les chiffres (parfois même hors-contexte, ce qui est plus contestable) - afin de convaincre le lecteur qu' "Apple possède aujourd'hui quelques cartes maîtresses, qui la placent dans une position confortable, lui permettant d'envisager son avenir d'une façon sereine. Par bien des aspects, la situation de l'entreprise est peut-être même la meilleure qu'elle ait jamais connue au cours de son histoire mouvementée."

Il faut reconnaître que l'auteur est assez convainquant dans sa démarche, et le Mac-fan en sortira rasséréné.

Mieux, le bonhomme Jobs ne passe pas toujours pour sympa. Mais il est plus souvent considéré comme un artiste / génie caractériel - l'auteur évoque même sa fameuse "distortion de la réalité" - qu'un manipulateur sans coeur avide de pouvoir. Et pourtant, la fin justifiant les moyens, on le voit écartant tout ce qui pourrait l'empêcher d'atteindre ses objectifs (entre autres, Jef Raskin lors de la création du Mac) - ou contournant l'obstacle quand celui-ci ne peut être défait (Microsoft)... C'est assez bien vu finalement, et confortera la vision de certains dans le caractère "messianique du numérique" du iCEO.

Grosso-modo, et pour résumer, "oui, S. Jobs avait de gros défauts avant d'être viré d'Apple, mais il a mûri, il a appris de ses échecs." C'est l'homme nouveau, quoi.

Le bouquin est assez bien documenté, les anecdotes sont intéressantes - quoique la plupart connues des fans, et le tout se lit sans déplaisir. Le récit est linéaire et on ne perd à aucun moment le fil de celui-ci.

Cependant...

J'ai, pour ma part, relevé quelques "distortions de la réalité" ou oublis chez l'auteur. On pourra les juger mineurs, mais ils m'ont personnellement agacé un tantinet :

- MacOS X est évoqué jusqu'à "Jaguar". L'OS 10.3 n'est présenté à aucun moment (l'auteur ne l'aurait pas testé ?),

- l'auteur, s'il présente en détail la stratégie de reconquête de la compagnie (Apple Stores, iTMS, etc.) n'évoque à AUCUN moment la désaffection de la compagnie pour l'Europe : il est français, bon sang, qu'il le dise qu'Apple se porte mal dans notre contrée ! Je n'ai vu nulle part le sticker "Approuvé par Apple France", so what ?!!?

- dans le même style : l'auteur parle de "nouveaux titres" de la presse spécialisée Mac, en oubliant de préciser que d'autres ont disparu. Un portrait idyllique, donc,

- le duopôle Wintel n'est le plus souvent évoqué que pour se faire basher gentiment par Jobs - à aucun moment n'est évoquée la si problèmatique montée en puissance des Pentiums (alors que les campagnes Apple sont 'détaillées') et "le Mythe du Mégahertz" n'a pas intéressé C. Feivet - ne voulant pas rentrer dans les détails techniques trop pointus, probablement... A le lire, jamais Apple n'a eu de mal à tenir les PC à distance, probablement à cause du point suivant :

- Motorola n'est JAMAIS cité - sauf erreur de ma part - comme fondeur ou membre du consortium PowerPC : ses créateurs sont Apple et IBM, qui tient véritablement la vedette (avant, c'était l'ennemi suprême, désormais, c'est le puissant allié) avec son G5. Pas de Motorola, donc pas de retards du G4, plus de problèmes d'approvisionnement, etc. On aurait quand même voulu en savoir plus sur les relations (que l'on peut imaginer orageuses) entre Jobs et le fondeur historique de la gamme Apple. Cela aurait demandé un poil plus d'investigation, peut-être...

- l'auteur a le chic pour nous abreuver de chiffres et pourcentages, corrects certes (j'ai pas vérifié non plus, mais a priori...), mais vides de sens, à la perspective biaisée sans références initiales. Du genre, "je vous donne le chiffre de l'année n mais pas de l'année n-1 ou n+1". Vous avez dit "évolution" ? On ne lui demandait pas des tableaux non plus, mais peut-être son argumentaire en aurait-il pris un coup,

- on écoute de la musique sur un iPod, on peut jouer dessus (ouaiiiis) et on peut même planifier ces rendez-vous, super! Mais l'auteur a oublié que ce bel objet servait dans bien des cas de disque dur portable pour le transfert de fichiers. Le préciser aurait ajouté un point en faveur du iBidule,

- PAS un mot, pas une ligne, sur le eMac. No comment,

- et Pixar, me demanderez-vous ? Pas plus d'une vingtaine de pages sur l'ensemble du bouquin. La portion congrue. Cyril Fievet nous vend "Apple + Pixar", mais l'on se retrouve finalement avec un ouvrage centré sur Apple (logique dans un sens) dont la conclusion offre un satisfecit à l'Oeuvre de Jobs - point terminée... Certes, les relations de Jobs et Disney sont évoquées, mais l'auteur s'appuie trop sur les communiqués de presse et ne développe que peu (dans le monde de l'animation, il évoque Dreamworks mais pas Blue Sky, Sony, ni aucun autre studio). Et assurer que Pixar est devenu le 2ème plus grand studio d'animation au monde me paraît cavalier et relever plus de l'enthousiasme de fan qu'autre chose...


L'ouvrage, s'il se lit vite et s'avère agréable et distrayant (l'informatique, cette grande aventure...) n'en demeure pas moins un livre DE fan POUR le fan (qui sommeille en vous). Le switcher récent ou le curieux apprendront moultes choses, mais le vieux routier sera peut-être déçu. L'auteur enfonce des portes ouvertes... et dans le même temps tord le cou aux idées en cours "de l'autre côté" ("Microsoft a sauvé / racheté Apple", "Apple a volé l'invention de Xerox", etc.).

Bref, grâce à sa documentation, il constitue un argumentaire anti-troll relativement imparable dans les forums. Pour le reste, le Mac-user y trouvera en condensé, un résumé du Grand-Oeuvre de Steve. Une sorte de digest des évangiles selon St Jobs.

 

minime

Vétéran
Club MacG
12 Novembre 2001
6 148
287
www.austinpowers.com
Switcher a dit:
Le contenu repose pour beaucoup sur le discours rapporté […] Pas d'investigations directes semble-t'il...
La tendance de ces bouquins à se citer les uns les autres sans interroger qui que ce soit pour vérifier l'exactitude des déclarations recopiées ici ou là est décevante. Un jour il faudra faire un travail sérieux et vraiment documenté, de préférence avant que les témoins directs aient disparus (Mike Markkula, John Sculley, Andy Hertzfeld, Bill Atkinson, Jef Raskin, etc.).
 

vincmyl

Vétéran
Club MacG
24 Septembre 2003
5 665
37
39
Strasbourg
Je trouve qu'on arrive bien a disserner qui est vraiment M.Jobs...c'est vrai que ca se lit facilement et c'est assez agréable...
 

-anonyme-

Légende
26 Février 2001
66 286
2 673
Je répond principalement à Switcher, que je remercie pour sa fiche de lecture très détaillée et, sur le fond, assez conforme au livre, je crois.

Ma bio
Désolé qu'elle vous soit apparue un peu floue. Le lecteur peut cependant aller visiter mon site perso, mentionné au début du livre, qui détaille mon parcours (http://6711.com). Pour faire bref, je suis en effet ingénieur de formation (désolé que cela vous apparaisse comme péjoratif), mais mon parcours est assez tortueux : consultant, chef d'entreprise, auteur, journaliste... Je n'aime pas vraiment être mis dans une case et je suis probablement un mélange de tout cela. Et disons simplement que je suis, depuis une dizaine d'années, un observateur attentif des technologies et des mutations qu'elles engendrent. Pour ceux que cela intéresse, on trouve quelques détails supplémentaires dans cette interview : http://www.macdigit.com/more.php?id=304_0_1_0_M10

Mac OS 10.3
Je vous rassure : j'utilise Panther au quotidien depuis plusieurs mois. En fait, je suis passé presque directement de mon vieux G3 sous OS 9 à Panther, en ne passant que très furtivement par la case Jaguar.
Je ne le mentionne pas dans le livre car c'est un niveau de détail trop élevé pour la plupart des lecteurs.

Apple Europe
Vous avez raison, mais c'est voulu. J'ai le sentiment que les particularismes de Apple en France et en Europe sont bien connus, et sont même la source de débats constants - et souvent consensuels - dans les forums francophones. Mais justement, il me semblait utile de montrer que Apple ne se résume pas à la perception que nous en avons en France. Certaines choses me gêne chez Apple France, comme bon nombre de mac-fans semble-t-il, mais cela ne doit pas trop influencer tout de même la vision d'ensemble. J'aime bien rappeler par exemple que le chiffre d'affaires d'Apple au Japon représente la moitié de celui de l'ensemble des pays d'Europe réunis. Ca fixe les idées, et aide à relativiser.
En outre, nous n'avons ici qu'une vision parcellaire de la question. En France, on ne voit pas (encore) iTunes Music Store, ou les Apple Stores, qui sont pourtant des aspects majeurs de l'Apple d'aujourd'hui.

Presse Mac
J'ai le sentiment que c'est tout de même un secteur plutôt dynamique, y compris en France et y compris sur le Web. C'est vrai que des titres ont disparu, mais en valeur absolue, il y plus de mags/sites qu'il n'y en avait il y a quelques années, non ?

Pentium
Je ne pouvais pas entrer dans les détails trop techniques, et ne suis pas sûr d'en être véritablement capable : la comparaison "scientifique" des microprocesseurs est d'une complexité qui échappe à la plupart d'entre nous, je crois.

Motorola
C'est vrai, j'aurai pu les citer. Même si, aujourd'hui et pour l'avenir, parler d'IBM et du G5 était plus important je pense.

Chiffres
Pour certains, il y a déjà trop de chiffres dans le livre. Hélas, c'est toujours un peu indigeste, et je voulais vraiment proscrire les tableaux de chiffres. Je me suis limité aux chiffres les plus parlants.

iPod en tant que disque dur
Il me semble que le caractère multiple de l'utilisation que l'on peut faire du iPod est clairement abordé. Si cela n'est pas le cas, je me permets de vous renvoyer sur un article que j'ai publié récemment, précisément sur ce sujet : "iPod n'est pas un baladeur musical", http://www.macdigit.com/comments.php?id=P283_0_1_0_C

eMac
Oui, j'aurais pu en parler (et j'ai hésité à le faire d'ailleurs). Mais là aussi, l'idée n'était pas de faire un catalogue des produits Apple. La plupart des produits que je cite ont marqué des étapes majeures dans la vie d'Apple, ce qui n'est pas le cas du eMac je crois.

Pixar
D'accord avec vous. A la relecture, l'aspect Pixar aurait mérité d'être davantage développé. Même si on peut arguer que les volumes respectifs occupés par Apple et Pixar dans le livre doivent correspondre, à peu de chose près, au temps que Jobs consacre à chacune de ses deux activités ;-)

--

cyril
 

vincmyl

Vétéran
Club MacG
24 Septembre 2003
5 665
37
39
Strasbourg
En tout cas merci pour ce livre, il n'y en que trop peu sur ce personnage qu'est Steve Jobs.
 

Switcher

Membre émérite
17 Septembre 2002
643
24
48
Lou païs dou souleu.
soundcloud.com
En écrivant ma "fiche de lecture" (d'une traite, à peine une relecture pour l'orthographe), j'étais loin de me douter que l'auteur lui-même se donnerait la peine d'y répondre, même si je le soupçonnais de fréquenter ces lieux de perdition.


Merci donc pour cette réponse,
pour ces réponses à mes interrogations.

Anonyme / Cyril Fievet a dit:
je suis en effet ingénieur de formation (désolé que cela vous apparaisse comme péjoratif), mais mon parcours est assez tortueux
- J'avais bien compris la polyvalence du CV... Quant au fait d'être "ingénieur", je suis le dernier à trouver que le titre est péjoratif : seulement, l'informatique a donné naissance à tellement de "wanna-be" ces dernières années que le titre a - à mes yeux du moins - perdu un peu de sa crédibilité dans ce domaine. D'où mon froncement de sourcil...


Ceci dit, étant ingénieur de formation (mais pas dans l'informatique), je souffre du même symptôme dans mon domaine.

Anonyme / Cyril Fievet a dit:
(à propos de Mac OS 10.3, non cité dans l'ouvrage)
Je vous rassure : j'utilise Panther au quotidien depuis plusieurs mois. En fait, je suis passé presque directement de mon vieux G3 sous OS 9 à Panther, en ne passant que très furtivement par la case Jaguar.
Je ne le mentionne pas dans le livre car c'est un niveau de détail trop élevé pour la plupart des lecteurs.
- Alors, pourquoi avoir cité "Jaguar" de manière nominative alors qu'il n'est plus en vente depuis longtemps et que le livre s'intéresse à l'actualité récente de la compagnie ? Pourquoi ne pas avoir insisté sur le fait que "Panther" a, semble-t-il (je ne me prononce pas, étant pour le moment resté sous Puma
) été considéré par de nombreux observateurs comme la meilleure version jamais sortie de l'OS ?

Bon, tant pis, ce sera pour l'édition 2005 de l'ouvrage...


Anonyme / Cyril Fievet a dit:
(à propos de la presse Mac)
J'ai le sentiment que c'est tout de même un secteur plutôt dynamique, y compris en France et y compris sur le Web. C'est vrai que des titres ont disparu, mais en valeur absolue, il y plus de mags/sites qu'il n'y en avait il y a quelques années, non ?
- Switcheur de fraîche date (2002), je ne pourrais répondre à cette question. Mais je crois que si le secteur est dynamique, c'est parce que de nouveaux titres tentent de percer, parfois avec succès ("Mac & Co", "Avosmac!"), parfois avec moins de chance (RIP "Précision Mac", "Mac-Info", "Energie Mac" et ses dérivés).

Du côté des "leaders de la presse Mac", le sort de "Macworld" est incertain : la faute à l'éditeur, pas au titre, rentable. S'il devait disparaître demain, je pense que ça ferait un trou et l'occasion pour certains de gloser sur "la disparition du Mac, blabla, etc." Quant à "SVM Mac", j'ai plutôt l'impression qu'ils cherchent un second souffle.

Du côté du web, les sites vont et viennent, mais je crois que la balance est positive. Mais l'internet est-il un indicateur vraiment crédible (c'est une question) ?

Vous aviez choisi le verre à moitié plein et moi à moitié vide.

Anonyme / Cyril Fievet a dit:
(à propos du Pentium et de sa montée en puissance pendant que le Mac pâtinait au niveau du G4)
Je ne pouvais pas entrer dans les détails trop techniques, et ne suis pas sûr d'en être véritablement capable : la comparaison "scientifique" des microprocesseurs est d'une complexité qui échappe à la plupart d'entre nous, je crois.
- A mon sens, il ne s'agissait pas de rentrer dans le détail, l'ouvrage s'adressant au grand public, mais juste préciser au lecteur la montée en puissance des CPU x86 (éventuellement citer la politique d'Intel qui à l'époque reposait entièrement sur leur fumeuse "Loi de Moore") pendant qu'Apple connaissait des difficultés avec Motorola. Et éventuellement revenir sur leur remarquable percée marketing des années 90 : "Intel Inside". Une vraie réussite, souvent copiée, jamais égalée.

Pour finir, je crois que le forum serait ravi de compter un intervenant identifié de votre qualité en son sein. A moins que ce ne soit déjà le cas... ?

A bientôt sur le forums MacGé peut-être ?

 

Lio70

Fitzcarraldo de l'IT
Club MacG
16 Janvier 2004
2 381
1 058
50
Cracovie
Je l'ai acheté hier. J'ai lu les 80 premières pages d'une traite. C'est passionnant! Que dire d'autre? J'ai hâte de lire la suite...

Le bouquin de Cyril tombe à pic pour des gens comme moi qui ne s'intéressent au Mac que depuis peu et ne connaissaient pas en détails l'histoire d'Apple. Merci!
 

chagregel

Membre d’élite
Club MacG
8 Mai 2003
3 510
272
40
92-35
www.sacres-jeunes.com
Lio70 a dit:
Je l'ai acheté hier. J'ai lu les 80 premières pages d'une traite. C'est passionnant! Que dire d'autre? J'ai hâte de lire la suite...

Le bouquin de Cyril tombe à pic pour des gens comme moi qui ne s'intéressent au Mac que depuis peu et ne connaissaient pas en détails l'histoire d'Apple. Merci!
Je crois que tu as tout dis...

Ce livre sort dans une conjoncture ou de plus en plus de gens se posent la question de "passer à autre chose". Il leur permet de mieux comprendre.

Les années Apple sans S.Jobs ne sont que très peut décrites, C'est clair que ce n'est pas un livre sur Apple mais j'aurais bien aimé mieux comprendre ce qui a fait dériver Apple.

En tout cas, Bravo à l'auteur.

Pour son livre qui reste un plaisir à lire.
Pour sa réponse dans le Forum.

PS: A quand une rubrique VIP dans les Forum ????
 

Switcher

Membre émérite
17 Septembre 2002
643
24
48
Lou païs dou souleu.
soundcloud.com
chagregel a dit:
Ce livre sort dans une conjoncture ou de plus en plus de gens se posent la question de "passer à autre chose". Il leur permet de mieux comprendre.

Les années Apple sans S.Jobs ne sont que très peut décrites, C'est clair que ce n'est pas un livre sur Apple mais j'aurais bien aimé mieux comprendre ce qui a fait dériver Apple.
Tout-à-fait d'accord avec toi.

Un journaliste finira bien par s'atteler à la tâche de nous offrir 400 pages documentées et illustrées d'un historique passionnant de cette société décidément pas comme les autres.

En espèrant que l'ouvrage n'arrive pas comme une nécrologie après la disparition de la compagnie (n'importe quoi, mais c'est dimanche...)

Ou bien peut-être qu'une traduction des ouvrages déjà existants... ?

Le succès du livre de C. Fievet - et c'est tout le mal que je lui souhaite - fera réagir d'autres éditeurs, qui sait ?

Bonne journée...