Ce forum est en partie financé par l’affichage de publicités. Merci de désactiver votre bloqueur de publicités pour nous permettre de continuer à fournir ce service.

Passez de 16,7 milions à ... 2 couleurs :)

Discussion dans 'Arts graphiques' créé par titojean, 12 Mars 2006.

Modérateurs: magicPDF, Niconemo
  1. claude72

    claude72 Membre d’élite
    Club MacG

    Inscrit:
    13 Février 2005
    Messages:
    3 521
    J'aime reçus:
    220
    Il ne faut pas oublier que pour une image ton continu (niveaux de gris ou quadri) après l'impression, les pixels ne sont plus visibles, puisqu'ils ont été transformés en points de trame par la rastérisation...

    Si tu travailles avec une résolution exactement égale à la linéature : par exemple 150 dpi pour 150 lpi (ce qui n'est pas recommandé*, ce n'est qu'un exemple...), chaque pixel de l'image sera transformé en un point de trame, occupant dans la cellule élémentaire de la trame une surface en rapport avec la teinte du pixel qu'il représente (et donc qu'il remplace) : si le pixel est un gris à 55%, le point noir occupera 55% de la surface totale de la cellule élémentaire de la trame, laissant 45 % de blanc... ce qui, vu de suffisament "loin" pour que l'oeil ne puisse plus distinguer la forme du point, fera un mélange de 55% de noir avec 45% de blanc et donnera à l'oeil l'impression d'un gris à 55%.

    Si tu travailles avec une résolution double de la linéature : par exemple 300 dpi pour 150 lpi, le point de trame sera alors fabriqué à partir de 4 pixels : 2 horizontaux, 2 verticaux :
    - si ces 4 pixels sont d'une teinte identique, 55 % par exemple, le RIP ne se pose pas de question, il fait un point de trame qui correspond à LA valeur des 4 pixels,
    - mais si ces 4 pixels sont de teintes différentes, le RIP va devoir leur trouver une valeur commune (la moyenne des 4 valeurs par exemple) pour les transformer en UN SEUL point de trame : 4 pixels qui deviennent un point, ce sont déjà des détails de l'image qui disparaissent (mais c'est minime).

    Si tu travailles avec une résolution quadruple de la linéature : par exemple 600 dpi pour 150 lpi, le point de trame sera alors fabriqué à partir de 16 pixels : 4 horizontaux, 4 verticaux :
    - si ces 16 pixels sont d'une teinte identique, le RIP ne se pose (toujours) pas de question, il fait un point de trame qui correspond à LA valeur des 16 pixels... mais c'est assez improbable d'avoir toujours 16 pixels exactement identiques côte-à-côte... donc :
    - mais si ces 16 pixels sont de teintes différentes, le RIP va encore devoir leur trouver une valeur commune (la moyenne des 16 valeurs par exemple) pour les transformer en UN SEUL point de trame : et là, le détail de 6 pixels noirs perdus au milieu de 10 pixels blancs va devenir un point gris clair.

    Dans la théorie de la rastérisation on utilise un "facteur de qualité" ou "facteur d'échantillonnage" (rapport résolution/linéature) de 2 X à 133 lpi et en-dessous, et de 1,5 à 1,7 X au-dessus de 133 lpi... donc images à :
    - 240 dpi pour une trame 120 lpi
    - 266 dpi pour une trame 133 lpi
    - 225 à 255 dpi pour une trame 150 lpi
    - 260 à 300 dpi pour une trame 175 lpi.

    Si ta résolution est supérieure à ce dont le RIP a besoin, il fait un sous-échantillonnage (et tout sous-échantillonnage détruit des détails dans l'image, quelle que soit la méthode utilisée). Et plus ta résolution est élevée, plus le sous-échantillonnage est important, plus il y a de pixels dans le groupe de pixels transformés en un seul point, et donc plus il y a de pertes.

    Ce n'est pas forcément évident de voir ou d'imaginer la disparition des détails avec un sous-échantillonnage à 2 fois...
    4 fois, c'est plus facile, mais si on prend une valeur plus extrême (quoique plausible), ça devient tout de suite évident :
    Dans un 1er temps tu fais une affiche 4 X 3m à partir d'une image 40 x 30 cm à 1200 dpi.
    Ensuite tu veux mettre une vignette 4x3 cm de cette image dans un dépliant : tu importes donc l'image 40 x 30 cm à 1200 dpi dans un bloc XPress à 10 % de sa taille, et tu flashes en trame 150 lpi : 1200 dpi réduit 10 fois = 12000 dpi, imprimé en trame 150 lpi, ça fait un facteur d'échantillonnage de 80 fois... c'est à dire que chaque point de trame de la vignette sera fait avec un groupe de 80 x 80 pixels.
    80 x 80 pixels, c'est la taille de ton avatar... imagine ton avatar réduit à UN SEUL POINT : il va manquer de détail !!!
    (quand on veut utiliser la même image pour faire une affiche 40 x 60 et une couverture A5 par exemple, on scanne deux fois l'image... un scann pour chaque taille !!!)


    * mais ça se fait parfois, pour les affiches 40 x 60 ou 60 x 80, pour limiter la taille des fichiers.


    Non ! il n'y a pas de trame pour une image au trait (mode "Bitmap" de Photoshop) !!! La trame sert à simuler du gris sur un périphérique qui ne sait faire que du noir et du blanc. Donc pour ton image au trait qui n'a que du noir et du blanc, tu n'as pas besoin de refaire du gris, puisqu'il n'y en a pas : une image au trait scannée correctement, en mode bitmap de Photoshop, est représentée directement par l'imprimante (à la résolution près) : là ou il y a un pixel noir dans l'image l'imprimante met un point noir et là ou il y a un pixel blanc dans l'image l'imprimante ne met rien pour laisser le blanc du papier.


    En vectoriel, la résolution est égale à celle du périphérique de sortie, donc un texte écrit dans XPress et imprimé sur une flasheuse 2400 dpi aura une résolution de 2400 dpi. Ce même texte imprimé sur un imprimante laser 600 dpi aura une résolution de 600 dpi.

    - si tu fais un texte dans Photoshop dans une image en mode bitmap à 2400dpi, que tu l'aplatis pour tout pixelliser et que tu le flashes à tel (à 100 %) sur une flasheuse 2400 dpi, ton texte aura la même définition que si il était vectoriel.
    (c'est le principe de la gestion du texte dans le format Tiff-IT : le texte est à 2400 dpi en mode "lineworks" = "au trait")
    Dans la pratique, pour du trait, y compris du texte, 1200 dpi suffisent. Au-dessus, tu alourdis tes fichiers pour rien (la résolution de l'oeil humain est de l'ordre de 420 dpi...)

    - mais si tu fais un texte dans Photoshop dans une image en mode niveau de gris à 2400dpi, que tu l'aplatis pour tout pixelliser et que tu le flashes à tel (à 100 %) sur une flasheuse 2400 dpi en trame 150 lpi, ton texte sera tramé à 150 lpi.
    C'est inévitable, Photoshop ne sait pas (encore ?) mixer dans la même image des éléments contone (niveaux de gris ou quadri) et des éléments au trait : donc soit tu es en mode bitmap, et il n'y a pas de trame et ton texte ou ton dessin est net, soit tu es en mode contone, il y a une trame et ses inconvénients.
    (et c'est pour ça que le Tiff-IT est composé de 3 fichiers séparés :
    - 1 fichier au trait à 2400 dpi pour le texte
    - 1 fichier contone à 300 dpi pour les images
    - 1 fichier de placement pour savoir comment superposer ces deux images)


    Dans une impression issue de XPress, les images sont tramées et les textes sont vectoriels.
    Dans une impression façon sagouin faite à partir d'une mise en page merdée sous Photoshop et aplatie, tout est une seule image contone et donc tout est tramé.

    Mais il faut aussi faire la différence (et celui qui t'a dit cette connerie ne devait pas bien tout avoir compris...) entre les points de la flasheuse et les points de la trame : toute la page est faite avec les points de la flasheuse et non pas avec les points de la trame (les points de la trame sont d'ailleurs fabriqués un par un par le RIP avec les points de la flasheuse : dans le couple classique 150lpi/2400dpi, chaque point de la trame est fabriqué par 16 x 16 = 256 points de la flasheuse, d'où les fameux 256 niveaux de gris possibles).
     
    molgow aime ça.
  2. claude72

    claude72 Membre d’élite
    Club MacG

    Inscrit:
    13 Février 2005
    Messages:
    3 521
    J'aime reçus:
    220
    Suite et fin


    Je veux dire que dans un travail de graphisme destiné à l'impression, les deux 1er paramètres à prendre en compte, sont le support et le procédé d'impression qui vont te permettre de définir quelle sera la linéature de la trame au flashage et donc la résolution à donner à tes images contones et au trait. Par exemple (toujours à tel) :
    - impression sur t-shirt en sérigraphie : trame 60 lpi, résolution images contones 120 dpi, au trait... bof..., 600 dpi ça devrait suffire !!! (mais 300 peut-être bien aussi... je ne suis pas sérigraphe !!!)
    - impression sur copieur connecté à 600 dpi : images contones 150 à 200 dpi, images au trait 600 dpi,
    - impression offset sur papier recyclé Curious particles : trame maxi conseillée par le fabricant 133 lpi, par sécurité je prends 120 lpi, résolution des images contones 240 dpi, image au trait 1200 dpi,
    - impression offset sur papier couché brillant : à voir avec l'imprimeur... : trame standard 150 lpi, résolution des images contones 225 à 255 dpi, image au trait 1200 dpi... mais de plus en plus d'imprimeurs travaillent en 175 lpi, dans ce cas 300 dpi peut être une sécurité.
    - affiche 60 x 80 cm à 150 lpi : pour ne pas me traîner un fichier image de à 300 dpi de plus de 250 Mo, je bosse à 170-180 dpi, et mon fichier ne pèse que 80 à 90 Mo.
    Si c'est une affiche à voir seulement de loin, je descends la trame à 100 lpi, le fichier à 120 dpi et je n'ai plus que 40 Mo : avec mon vieux G4 je vais alors plus vite que quelqu'un qui fait du 300 dpi sur un G5 tout neuf... et pour un résultat identique à l'impression.
     
    Tiboize aime ça.
  3. Tiboize

    Tiboize Membre confirmé

    Inscrit:
    2 Mars 2005
    Messages:
    219
    J'aime reçus:
    3
    merci beaucoup pour tous ces précieux renseignements.
     
  4. titojean

    titojean Membre confirmé

    Inscrit:
    9 Avril 2001
    Messages:
    260
    J'aime reçus:
    4
    ...pardon de revenir au message #5 de luba... mais grace à lui, je viens de comprendre qu'il existe une "troisieme voie" pour obtenir une image noir&blanc à partir d'une image 8 ou 24 bits entre (1) ne considérer qu'un pixel et lui appliquer un seuil et (2) considérer un groupe de pixel et essayer d'imiter par une trame l'aspect visuel de ce groupe de pixel...
    ...cette "3e voie intermédiaire" consiste :
    1- à appliquer un seuil classique au pixel,
    2- à considérer qu'en faisant cela on commait une "erreur" (= à la difference entre la valeur vers laquelle ce pixel va "basculer" et sa valeur initiale)
    3- à répartir cette "erreur" sur les pixels les plus proche...
    ...à mes yeux, le résultat (cf http://www.visgraf.impa.br/Courses/ip00/proj/Dithering1/floyd_steinberg_dithering.html est m-a-g-n-i-f-i-q-u-e.

    Pour voir si j'avais pigé le "truc", j'ai fait une routine proche du modèle "X 7 3 5 1" présenté dans cette page (j'ai opté pour un model "X 8 6 2" plus facile à "programmer") et malgré ça le résultat me parait acceptable :

    [​IMG]

    ...questions :

    - ce modèle de "diffusion d'erreur" appelé Floyd-Steinberg", y aurait-il un interet à l'étendre non plus à 4 pixels mais par ex. à 10 pixels "receptionnant" l'erreur ?
     
  5. titojean

    titojean Membre confirmé

    Inscrit:
    9 Avril 2001
    Messages:
    260
    J'aime reçus:
    4
    ......j'ai trouvé sur le web un autre mode de diffusion d'erreur (denommé "de Stucki") qui répartie l'erreur sur 12 pixels au lieu de 4 ... le résulat n'apporte pas plus que si on utilisait le premier mode ("Floyd-steinberg") sur une image plus contrastée :
    [​IMG]
    (Floyd-Steinberg -> Stucki)

    ... prochaines tentatives : appliquer une diffusion d'erreur sur la transformation du image 256 niveaux de gris (8 bits) en une image 4 niveaux de gris (2 bits)...

    ...voila : le résultat est plutôt convainquant. Il est très proche de l'image de "zigouiman" du message #17 ... je ne vois pas commen faire mieux avec 4 gris...
    [​IMG]
     
  6. Hannibal_Lecteur

    Hannibal_Lecteur Membre émérite

    Inscrit:
    18 Octobre 2003
    Messages:
    517
    J'aime reçus:
    29
    snif

    je vais verser une petite larme.... tout ca rapelle furieusement les mac avec ecran 9'.
    jusqu'en 1988 et l'avènement des Mac II.
    souvenirs souvenirs...

    les bitmaps avec trame de diffusion, ca fait revival, y a pas a dire. pour ceux qui n'ont pas connu, je parle de macpaint, superpaint, photoshop1 (qui affichait l'image ligne par ligne), supercard, hypercard etc...

    je distribue les mouchoirs a tous ceux qui me comprendront et partageront mes souvenirs.
     
Modérateurs: magicPDF, Niconemo
Chargement...

iOccasion - Achetez un produit Apple d'occasion

refurb Apple