valeur RGB ou TSL du gris 18%

rufus_

Membre junior
24 Octobre 2007
91
0
merci mais ça ne peut pas être 241 , j'ai une carte grise kodak qui est la référence est c'est un gris assez sombre

quand tu dis ici j'ai as tu un lien ?
 

whiplash

Membre confirmé
27 Janvier 2006
333
5
31
Mascouche, Quebec, Canada
Non je faisais allusion à la référence que mon ordinateur m'a donné. Mais j'ai entendu dire que le 18 % ne serait pas pris par certaine carte ... le 12 % serait la vrai référence.

Comme ça... si tu as un échantillon sur ton ordinateur, utilise Applications/utilitaires/colorimètre
 

whiplash

Membre confirmé
27 Janvier 2006
333
5
31
Mascouche, Quebec, Canada
Le photographe fou à ma gauche m'affirme que le gris 18 % n'est pas sombre. Encore une fois, sans échantillon je ne peux pas vraiment t'aider.

Peux-tu numériser ta carte référence ?
 

rufus_

Membre junior
24 Octobre 2007
91
0

jeanba3000

Vétéran
Club MacG
28 Février 2001
5 002
413
15 mn du Pascalou
www.jeanba.net
Parce qu'il s'agit d'un gris reflétant 18% de la lumière.

Il y a des lustres, ce coefficient de réflexion a été choisi arbitrairement par Kodak après analyse comme étant la réflectance moyenne des sujets photographiés par la majorité de leurs clients, et ce pour servir de point de référence tout au long du processus, de la prise de vue au tirage final. À ce stade ça n'a rien à voir avec un gris « moyen » dans le sens médian entre le blanc et le noir absolus.

Par contre, comme on veut que ces sujets soient le mieux exposés avec le maximum d'informations sur le film négatif aussi bien vers l'ombre que vers la lumière, il a été décidé que cette réflectance soit placée au milieu de la courbe de densité des films, donc donnant une densité de 50 %. Tout cela est bien sûr théorique puisque le résultat dépend non seulement du potentiel du film, de son exposition, mais aussi de son développement qui va moduler sa courbe de réponse, donnant un résultat notamment plus ou moins dense et plus ou moins contrasté.

Enfin il y a enfin l'étape du tirage qui permet de choisir encore si ce qui est enregistré comme une densité moyenne sur le film, doit donner une densité moyenne sur le tirage ou une densité différente, plus claire ou plus sombre, selon le désir du photographe.

Regardez les photos de désert de Jeanloup Sieff, ses dunes sont quasiment noires alors qu'en réalité, le sable est bien sûr très clair, mais un rendu plus « réaliste » n'aurait pas correspondu à la volonté de l'artiste et aurait été peut-être d'un ennui abyssal…

Les modes colorimétriques RVB, CMJN ou TSL sont dits relatifs, ils dépendent du périphérique d'affichage, des profils, du gamma, etc. Le seul mode colorimétrique absolu et indépendant de tout support ou périphérique est le mode Lab, et le gris moyen devrait être composé des valeurs Lab 50,0,0.

Mais tout cela reste théorique tout autant que pour la photographie argentique. La photographie n'est pas une reproduction de la réalité, ce ne sont que des choix personnels à faire et à assumer, toute quête d'absolu ou de « vérité » est vaine et ne trahit qu'une incompréhension de ce qu'est la photo.
 

patrick jean-jacques

Membre d’élite
Club MacG
6 Septembre 2004
1 558
60
Sud-ouest
bonjour à tous,
de ma petite expérience argentique lacunaire, parcellaire et pleine de trous,
(de mémoire)
il me reste que Kodak avait fait cette charte surtout pour que la gueule des clients blancs soit correctement exposée...(en noir et blanc)
elle est le résultat d'une moyenne correspondant à un échantillonage de peaux de "blancs becs" (dont je fait partie, nul n'est parfait :D)
et c'est tout,
pour le reste, consulter les savants ouvrages sur le "zone system" par exemple, aspirine bienvenue ;)
patrick jj