Le jeu du dernier mot

macomaniac

Ouroboros
Club MacG
20 Septembre 2012
81 511
24 680
Forêt de Fontainebleau
Une femme du monde, et qui souvent me laisse
Faire mes quat' voluptés dans ses quartiers d'noblesse
M'a sournoisement passé, sur son divan de soie
Des parasites du plus bas étage qui soit
Sous prétexte de bruit, sous couleur de réclame
Ai-je le droit de ternir l'honneur de cette dame
En criant sur les toits, et sur l'air des lampions
"Madame la marquise m'a foutu des morpions"


(loustic)-- Lité ras, t'eurent poux semés y : l'sein. Crus, s't-
(Nelly)---. assent d'ais. Crrr... y t'eurent b..... ! L'en ch-
(Berthold) ie, nœud. Reprends b....., hyène ! Gare d'ente hé ! rieur
 

macomaniac

Ouroboros
Club MacG
20 Septembre 2012
81 511
24 680
Forêt de Fontainebleau
@ Orphanis. Originellement, le jeu du dernier mot invitait à reprendre texto le dernier mot entier (et pas une de ses parties syllabaires) de la phrase précédente pour en faire le premier mot d'une nouvelle phrase. Reprendre texto plus d'un mot de la phrase précédente aurait exposé à une redite fastidieuse, comme si je m'autorisais à reprendre intégralement le : "En tes ris heureux jaillit l'ironie" de loustic et était donc proscrit.

Par une de ces conventions tacites qui surgissent en cours de jeu entre les joueurs actifs afin de vaincre l'ennui d'appliquer mécaniquement la règle fondatrice ; une stipulation implicite subalterne a vu le jour autorisant à reprendre autant de mots qu'on veut d'autant de phrases de joueurs précédentes, à condition de ne pas verser dans la répétition textuelle. Cette règle consiste en la reprise "acoustique" à l'identique des mots antérieurs, mais avec des mots textuellement différents des mots de référence. Exemple un : "Il a fait céder le vil arnaqueur" de loustic repris acoustiquement en : "Y (la fesse : c'est d'elle), vit l'a. Re ? n'a cœur." Contrainte oulipienne si l'on veut.


(loustic)-.. Antérieur : re, j'aille y ? L'ire... honnie
(Nelly)---- vape as, hou ! Hale hors (avait qu'aire mie) ! Au nœud
(Orphanis) y, âne, hale au nœud ! Amarre d'ais, vit aient y : œufs ! T'rage hé ! d'enter mol usque