: c'était comment l'informatique avant le Mac ?

Statut
Ce sujet est fermé.

loubaxe

Nouveau membre
17 Mai 2013
2
0
L'Atelier Numérique est né en 1988 à Paris XII eme en s'appuyant sur l'Amiga le soft de dessin Dpaint le HAM (4096 couleurs) et l'imprimante à jet d'encre nous vendions des systèmes dans un premier temps sur le marché textile (adéquation de la trame du tissage, le point et le pixel) puis nous avons évolué vers les performances vidéos et d'animations propre à la machine rachetée par Commodore. En 1993 nous étions développeurs et importateurs de nombreux programmes et logiciels aussi bien de 3D comme de musique. (Calligary qui préfigurera tous les futurs modeleurs et à l'origine de 3D studio ainsi que le superbe Bars and Pipes pour le son bien que nous n'avions pas le midi intégré en standard contrairement à l'Atari et qui du coup supplantera l'Amiga) En 1994 je possédais un Amiga 2000 avec deux cartes exceptionnelles la Picasso 24 bits avec une couche alpha en 256 niveaux (unique pour l'époque) et une carte Emplant (émulateur de Macintosh avec deux sorties séries et la connectique d'un Apple plus qui n'était encore qu'en noir et blanc, je l'ai encore, je pense qu'en France je fus le premier et un des rare à pouvoir convertir des fichiers couleurs en sortie mac (xpress Photoshop2) sur mon Amiga en 24 bit ) En pratique j'esquissais en 16 couleurs par mis 4096 en HiRes sur Dpaint, je coloriais en utilisant la Picasso en basse déf. Ou haute déf. Et je convertissais mes fichiers sur l'Emplant au format Mac pour le Print. En entrée un scanner Sharp en sortie la Canon Fp510 et un Moniteur 17 pouces. (À peu près 100000 francs le tout) Je rêvais d'avoir un Next ou Sun. J'ai eu l'occasion de dessiner sur des palettes magnifiques comme les Graph 7,8 et 9 avec des imprimantes Iris ou les palettes Quantel. Et le plus incroyable pour moi aujourd'hui que tout ceci n'était même pas encore couplé avec l'Internet. Bonne projection numérique à tous et après … après c'est une autre histoire …
 

babast50

Nouveau membre
20 Septembre 2013
1
0
49
Bonsoir à tous,Quelle nostalgie, si je me souviens, mon premier ordinateur vers 1980-1984 c'etait un Atari 800XL avec lecteur de cassette Atari 1010 et imprimante couleur Atari 1020
J'avais à l'époque des jeux sur cartouche ( pôle position, pitfall) et sur cassette (ghostbuster...) et la programmation en basic
Au collège, nous avions pour le club informatique des zx81 avec extension mémoire 16ko je crois
Tout une époque...


Seb (De Cherbourg)
 

Cowboy Funcky

Membre junior
1 Mai 2011
20
0
1983, j'ai la chance de vivre à la Réunion.
J'ai 12 ans et je suis au collège St Michel à St Denis.
Durant les pauses repas du midi, c'est l'ennui ferme pour qui ne joue pas au foot.
Puis un jour, un professeur ouvre l'accès à la salle informatique.
Honnêtement, à 12 ans c'était obscur pour moi. Aucune culture techno, fallait-il pour autant que cela existe en France...
La salle était étroite. Tout juste la place pour une rangée de table à droite, le long du mur.
Sur chacune, était posé 2 boitiers beige et un petit boîtier, posé à coté, avec une fente et un mécanisme de verrouillage : Disk II et une pomme multicolore. L'écran monochrome et le boitier avec un clavier présentent le même fruit et l'inscription Apple //e.
Cette découverte est une grosse baffe.
Les premières manipulations sont hésitantes.
Et pourtant ce simple curseur qui clignote sur l'écran est l'espérance de quelques chose d'immense.

J'ai découvert l'informatique avec Apple. L'origine de mon monde. Ce qui ne m'a pas empêché de m'ouvrir aux autres acteurs du secteur. Et ce avec l'aide de quelques revues dont TILT.
J'ai conservé quelques exemplaires de cette revue : Une véritable bible pour ceux qui connaissent l'Oric Atmos, ZX Spectrum et Sinclair, Commodore, Atari...

Par la suite j'ai eu un Amstrad CPC 464 avec le lecteur de K7 et un écran couleur.
J'ai découvert la programmation en basic, l'assembleur. Mais c'est également le début de l'industrie du jeux : L'armure d'antiriad, Commando, Arkanoid... sans oublier Lode Runner sur Apple IIe. Un must.

C'était une autre époque !
 

Switcher

Membre émérite
17 Septembre 2002
643
24
48
Lou païs dou souleu.
soundcloud.com
Avril 1984, je viens de découvrir Tilt et plus généralement les salles d'arcade dans ma bonne ville de Toulon.
Ca fait un bail que je bave sur ça : mon premier contact avec Space Invaders date de 1981, à Tahiti - j'ai neuf ans et des étoiles dans les yeux.

Tilt, c'est toute une époque : un mensuel généraliste sur l'informatique tout public et les jeux en particuliers, c'est Libé là ou l'HHHebdo(giciel), c'est Charlie Hebdo*, un truc que les parents te laissent lire parce que c'est bien fréquenté (qu'ils pensent) - on y apprend que le futur de l'informatique se joue dans le graphisme, la musique, l'économie, le jeu, les réseaux, l'embarqué, la robotique, la domotique et à la TV - pinaise, ce magazine m'a tout appris… :rolleyes:

Mais c'est aussi et surtout des dizaines de pages de jeux "testés" de manière académique et des tests matériels. Et en 1984, on se rend compte du panel d' "ordinateurs familiaux" à disposition des enfants CSP+ dans le vent (les autres se contentent de consoles de jeux) : le guide de Noël ne recense pas moins de 8 consoles et … 40 micro-ordinateurs.
De la folie douce. Le marché finira par "s'auto-réguler", l'Amstrad CPC464 réalisant un hold-up total dans les 2 années suivantes (il venait à peine de débarquer).

Dans la foulée, on m'offre un merveilleux Vectrex qui fonctionnait toujours parfaitement jusqu'à il y a peu (problème de condensateur, ça se répare) : la console est bradée par MB - 1984, ça suit le "crash" du marché des JV et la quasi-liquidation des Mattel Intellivision, CBS Colecovision, Hanimex, Advision et consorts ; seule l'Atari VCS2600 gardant la tête hors de l'eau avant de la perdre avec Nintendo (une autre histoire).

Point de Mac au pays des familiaux, mais plutôt des Thomson MO5/TO7, Commodore 64, Atari 800 XL, Oric Atmos, Dragon 32, Apple déjà présente avec ses antiques II et IIe, Sinclair ZX Spectrum… et d'autres produits encore plus exotiques, tels les tentatives de Matra (Alice), Exelvision (EXL100, produit en France, clavier et joysticks infrarouges), Enterprise, Laser 200, etc. (je vous épargne les vénérables Sinclair ZX 81 et Commodore Vic20).

Au milieu de la mêlée, mon oeil est séduit par ce qu'on nous annonce comme le "standard du familial", à savoir le MSX.
Issu d'un deal entre Microsoft et des constructeurs japonais (dans un premier temps), les machines sont classiquement architecturées (Z80 et moult copros sur les versions suivantes) mais solides et le système est séduisant (incrustations vidéo sur la version 2, MAO, etc.).
Microsoft, déjà à la recherche d'une entrée dans les salons des foyers du monde (mais pas aux USA, le MSX n'y ayant jamais reçu là-bas qu'un mépris poli), compte sur la force de frappe commerciale de Canon, Hitachi, Toshiba etc. pour s'imposer.

Les machines sont belles mais chères (les japonais ont des standards de qualité) : je jette mon dévolu sur un Canon V20 (qui fonctionne toujours) et mettrai presque deux ans pour l'obtenir - 1986. Ca tombe bien, mon popa ne jure que par Canon en photographie - le sérieux du constructeur rassure.
Autour de moi, personne ne me raille : car personne ne connait le "standard" du futur (lol) et tout le monde s'échange des cassettes pour Amstrad… Un raz-de-marée qui fait des utilisateurs d'autres machines des mutants (fiers de leurs chapelles et qui s'écharpent entre eux aussi :siffle:).

La presse MSX râle sur les japonais, peu pressés de vendre leurs machines ailleurs qu'au Japon (où c'est un carton) et trop cher pour les bourses européennes (les jeux sont sur cassettes mais les meilleurs en cartouches hors de prix), le peu d'empressement des développeurs à adapter les "hits" (ou mal) et le peu de pub en général, liée à la mésentente entre les constructeurs.
Trois éléments (prix / développeurs / marketing) dans lesquels Amstrad - encore eux - est le Roi des années 80.
C'est ce qui tuera ce "standard" qui finalement ne l'a jamais été... en plus d'une absence d'évolution criante, le MSX2 et ses quelques suiveurs étant la crème de la crème du 8 bits certes - mais l'Occident était passé au 16/32 entre-temps.

Au final ? Toujours une grosse centaine de logiciels, périph' et magazines MSX dans les cartons avec la machine pas loin, histoire de la dépoussiérer de temps à autres et montrer aux jeunes générations Nemesis ou Green Beret avec chargements immédiats et joysticks QuickShot.

L'Amiga m'attendait, puis le PC, puis le Mac. D'autres (belles) histoires...


* Et Micro-Systèmes, c'est Le Monde.
 
Dernière édition:

norman

Membre junior
29 Avril 2007
24
1
Alors ça a commencé avec le ZX Spectrum et la découverte des premiers programmes Basic. Ce qui était marrant c'est que les variables étaient enregistrées avec le programme... imaginez...
Ensuite un bouse Française sous CPM (au boulot) et une autre bouse Thomson qui était en test
d'implantation dans les écoles... A une époque, nous avons reçu un MAC (le premier) pour évaluation et le "président" de l'époque a préféré... les Thomson. François, c'est vraiment un prénom de bouse ;-)
Sinon après le ZX un superbe Atari ST et le bonheur du GFA Basic qui était déjà un langage assez évolué.
Un petit tour par un Archimedes (premier RISC)
et
LE MAC (pas une émulation sur Atari hein), le vrai, un petit SE qui coutait déjà la peau des fesses.
Et puis LC, II SI... longue pause avec que des PC au boulot et retour au Mac avec le Mini.
A noter que grâce au Mac mini que j'avais ramené au travail (et que tout le monde cherchait ;-) l'intégralité de l'équipe, chemin faisant (iMac) est passé sou OSX et s'est équipé en MacBook Pro.

En fait, dès la présentation du premier Mac, il m'est apparu évident que les autres acteurs n'avaient rien compris à l'informatique grand public, simple, conviviale (et chère :-(
 

-anonyme-

Légende
26 Février 2001
66 286
2 673
En 1973, lors d'un stage étudiant, j'ai eu la chance de travailler sur ce qu'on appelait pas encore une station de travail : la HP9830A (sortie en 1972).






Je développais un programme utilisé pour le calcul de pieux dans le bâtiment (c 'est de la mécanique des sols ...).

Je me souviens encore de mon émerveillement en découvrant qu'avec le Basic de cette machine, il suffisait d'écrire MAT B = INV (MAT A) pour inverser une matrice !


Cette machine avait une avance incroyable sur son temps. Il ne lui manquait qu'un écran (les sorties se faisaient sur une imprimante intégrée, placée au dessus).

Difficile de comprendre comment, avec une telle avance, HP, qui était à l'époque une société riche et prospère, s'est laissé doubler par les chevelus qui ont sorti en 1976 (QUATRE ANS APRES !!!) l'engin mal dégrossi ci-dessous, hein ?





En fait cette machine n'avait qu'un inconvénient, qui était son prix (environ 6000 $, mais on pouvait monter à 30 000$ avec toutes les options, l'imprimante, etc ... Comme chacun sait, l'Apple I fut proposé à 666,66 $
 
Dernière édition par un modérateur:

NightWalker

world of muse
Modérateur
Club MacG
15 Septembre 2002
13 803
1 802
Bordeaux
J'avais commencé à m'intéresser à la programmation c'était avec la calculatrice Sinclair (Cambridge Scientific). Puis vient naturellement le ZX81 avec extension 16Ko branlant, suivi quelques années après avec le Sinclair QL. Oui j'étais très Sinclair. J'ai trouvé que Sir Sinclair était un génie avant gardiste un peu comme Steve Jobs.
Ensuite un Amiga A1200 vient renforcer la famille. Bien plus tard, un peu comme tout le monde, je suis passé au PC aussi.
Et enfin, je suis entrée dans le monde Mac avec l'iMac G3 lime. Suivi par l'iMac G5 20" et l'actuel le 27" core i7.
 
  • J’aime
Réactions: TiteLine

melaure

Chasseur de Bobos
Club MacG
24 Octobre 2001
24 789
1 712
49
Le Grand Lyon
Ca fait plaisir de lire tout ça et retrouver des gens de la même "époque". J'ai évoqué la plupart des machines que j'ai eu pendant ma vie (page 2), mais j'avais oublié de parler d'un salon informatique où mon père ma emmené, entre 81 et 83, à Dijon, et ça m'avait vraiment impressionné de voir tant de constructeurs et de machines de toutes marques.

Mais surtout il y avait Robby le robot !!! Enfin une copie je suppose (je n'ai vu le film "Planète interdite" que bien plus tard en fait …)

 
Dernière édition:

-anonyme-

Légende
26 Février 2001
66 286
2 673
Une petite précision : non, ce n est pas moi qui ai ajouté les liens publicitaires débiles sur certains mots de mon message précédent (#86). Vous verrez, cela peut arriver a n importe lequel d entre vous ...

Si vous desirez en savoir plus concernant cette nouvelle invasion de la pub dans nos vies, faites donc une petite recherche avec le mot clé VigLink .....
 

ELRITON

Membre junior
29 Mai 2007
10
1
Avant le Mac et l'informatique personnelle il y avait dans le sociétés un endroit exceptionnel où il fallait absolument traîner : la salle des perfo-vérifs. Un lieu de drague extraordinaire.
Je ne supporte plus lecafé tant j'en ai ris à la machine qui était dans le couloir menant à cette salle.
 

CBi

Membre d’élite
Club MacG
8 Mars 2004
3 554
349
Tokyo
sites.google.com
Une anecdote amusante qui me revient sur ma première rencontre avec un Mac:

Un des aspects les plus étonnants de la machine Apple était la possibilité de créer et d'afficher des images de grande qualité, grâce à Macpaint en particulier.


Les graphiques sur PC avant le Mac, c'était jouer avec l'effet visuel d'alignements de lettres et caractères pour créer des semblants d'images...

Il y avait alors parmi les fichiers que les premiers possesseurs de Mac s'échangeaient, une image de jeune femme dénudée et alanguie, assez innocente mais attirante pour de jeunes étudiants potaches...
J'arrive en visite chez un camarade thésard à Berkeley en 1988, et la première chose qu'il me montre dans le lab où il étudie = un Mac flambant neuf, et l'image en question.

Problème = une fois l'image affichée par un double-click... impossible de trouver comme la faire disparaître de l'écran. La souris et les fenêtres étaient à l'époque des concepts bien étrangers !

Qu'à cela ne tienne. La solution semblait simple = éteindre la machine et ni vu ni connu. Ce que nous ignorions, c'est que le bouton du Mac n'était pas un bouton off, mais juste une mise en veille (*).

Le lendemain matin, à l'ouverture du lab et au réveil de la machine, apparition de la naïade à l'écran et engueulade pour mon camarade...


(*) Ça aussi, difficile à imaginer à l'époque = sur mon IBM PC, je n'avais même pas de disque dur, donc l'extinction était on ne peut plus complète !
 
Dernière édition:

Sly54

Acrobate de l'espace
Modérateur
Club MacG
31 Janvier 2005
42 214
6 066
Nancy___
Avant Apple…

Pur moi, l'information avant Apple, c'était vraiment pénible.

A titre pro, je travaillais sous PC et DOS 3.? (3.1 ou 3.3), traitement de texte Textor… Pas de problème pour taper le texte, mais pour le mettre en page pas de WYSIWYG évidemment et que des codes pour mettre du gras, de l'italique, changer la tailler des polices, pas de styles, etc.
Donc une grosse perte de temps pour un travail de mise en page qui me prenait moins de 5 min sur mon Apple II GS :D

En pus, la navigation sous le DOS n'était pas un modèle d'ergonomie non plus, on s'en doute bien !

La joie un peu plus tard (1990) dans un labo pendant ma thèse ou il n'y a avait que des Macs : en moins de 2 heures, je pouvais former les nouvelles recrues (en DEA, souvent) à l'utilisation des Macs, enregistrer les documents au bon endroit, faire des sauvegardes, etc., chose impossible sur PC en ce laps de temps aussi court.


Donc le Mac c'était un gain de temps énorme dans le cadre du boulot (ou à l'inverse, le PC était une perte de temps incroyable en usage professionnel…).
 

CBi

Membre d’élite
Club MacG
8 Mars 2004
3 554
349
Tokyo
sites.google.com
Donc le Mac c'était un gain de temps énorme dans le cadre du boulot (ou à l'inverse, le PC était une perte de temps incroyable en usage professionnel…).
C'était, et c'est encore ! :up:
 

jeje

Membre confirmé
26 Mars 2000
248
9
Gironde
Comme certains, j'ai eu la chance de participer à cette évolution fulgurante de l'informatique ou plutôt micro-informatique (et encore je n'ai pas connu les débuts!)

Tout a commencé en 1981 avec Pong, et une console avec 2 potentiomètres : on jouait au tennis ou au foot (1 ou 2 barres par joueur!) avec mon frère !

Et puis j'ai réussi à convaincre mes parents : j'ai eu mon premier ordinateur en 1983 (à 12 ans) ... un HECTOR. Ce n'était pas celui imaginé mais j'ai appris le BASIC grâce à lui! JE me souviens de mon premier programme, j'était super content d'avoir "enregistré un message dans la mémoire de l'ordinateur!"



Ensuite est venu l'Amstrad CPC6128 (j'ai développé un logiciel pour gérer la cave à vin de mon père) puis le PC1512



Il fonctionne toujours, j'ai réparé la courroie du lecteur de disquettes avec un élastique pour faire un test.

C'était une époque fantastique : j'ai connu les ZX81, MSX, ATARI 520 et 1024 ST, les AMIGA (chez mon correspondant allemand - c'était une machine impressionnante) chez des copains; j'en rêvais mais c'était trop cher ...


mais aussi j'étais émerveillé chez mon oncle qui avait pour son travail à la maison un MACINTOSH (celui de 1984!!)

Au collège et au Lycée, nous étions quelques fous à prendre des cours d'informatique entre midi et 2, on devait avoir des Goupil et TSR 80

Bien sûr j'ai touché des MO5 et T07 (mais franchement cela ne m'a pas laissé un souvenir terrible!)

...et enfin en 1992 lors de mon entrée en école d'Ingénieur un Macintosh LC avec le superbe écran couleur que j'ai vite upgradé avec le coprocesseur arithmétique et 10 Mo de RAM (une fortune!). On pouvait tout faire : du montage PAO, du traitement de texte (Word 5.1 était vraiment super!) de nuits à jouer à Civilization... ou warcraft I, Ensuite Performa 5200 et l'aventure (déception?) PowerPC qui n'était pas très rapide il faut le dire, puis à sa sortie l'iMac bondi blue (j'ai pris le modèle d'expo à la FNAC...c'est le seul qui restait!), le G4 Tournesol, et enfin l'iMAc alu fin 2007 qui me permet d'écrire ces lignes (boosté à fond - 6Go RAM, fusion drive interne...). Bref 22 ans sur Mac.
Sans oublier les portables (ibook palourde, ibook G4, Powerbook alu G4) et l'aventure iPhone / Ipad (V1 acheté à sa sortie alors que tout le monde critiquait ce gros iPhone :)... on connait la suite)


C'est cet ordinateur qui nous a permis de faire de merveilleux montages vidéo sous iMovie.

Tous les ans, j'allais en pèlerinage à l'Apple Expo (poruacheter de la RAM et upgrader un peu mon mac de l'époque), j'ai eu la chance d'assister à un Keynote de Steve JOBS:D:D:D à Paris .


Et ce n'est pas fini! (l'évolution de nos ordinateurs adorés :)


Quant à internet, je me souviens des débuts de l'e-mail et des navigateurs (Netscape et Mosaic) en 1992 / 1995... des modems 28K puis 56K de l'ADSL et enfin (depuis une semaine de la Fibre :love:!!)
 
Dernière édition:

Pascal 77

ex modéraptor
Club MacG
28 Octobre 2004
44 172
3 443
67
Sous la limite KT
Tous les ans, j'allais en pèlerinage à l'Apple Expo (poruacheter de la RAM et upgrader un peu mon mac de l'époque), j'ai eu la chance d'assister à un Keynote de Steve JOBS:D:D:D à Paris .


Et ce n'est pas fini!
Euuh … Si, les keynotes de Steve Jobs, ça c'est fini, hélas ! :(
 

-anonyme-

Légende
26 Février 2001
66 286
2 673
Allez, encore une ...

Fin des années 80 : je suis toujours dans la même société de service, qui continue à mettre des Macs à disposition en libre service.

J apprends qu'un nouveau Mac est arrivé, dont la capacité disque atteint le chiffre incroyable de 80 Megas octets !

En dehors des heures de travail, j accède à la salle où il se trouve ( c est en "zone protégée" réservée aux projets confidentiels défense, on n y rentre pas comme dans un moulin ...).

Je m assieds devant la machine, je double clique sur l icone du disque dur, et dans un silence total, le folder s'ouvre, indiquant la place disponible : 80 mégas octets !

En cet instant, je suis le maître du monde !!!!!!!

---------- Nouveau message ajouté à 13h52 ---------- Le message précédent a été envoyé à 12h43 ----------

Une autre , encore :

Au début des années 80, je me rends à l INRIA, discuter avec un guru de l informatique. Nous parlons de différents sujets, tous très excitants, dont la synthèse d images par ordinateur.

Il nous montre une de ces images. Nos yeux s écarquillent, mais sûr, notre enthousiasme faiblit lorqu il nous précise que cette seule image a demandé plusieurs heures de calcul sur leur plus grosse bécane ..

Mais, il a alors cette réflexion dėsabusée, dont je me remémorerai toujours le caractère prémonitoire "oui, bien sûr, au total c'est hors de prix, mais vous savez, lorsqu'aux US ils financent un film, ils ne sont pas à quelques millions de Dollars près si cela en vaut la peine, pour produire de belles images ..."
 

Pascal 77

ex modéraptor
Club MacG
28 Octobre 2004
44 172
3 443
67
Sous la limite KT
Allez, encore une ...

Fin des années 80 : je suis toujours dans la même société de service, qui continue à mettre des Macs à disposition en libre service.

J apprends qu'un nouveau Mac est arrivé, dont la capacité disque atteint le chiffre incroyable de 80 Megas octets !

En dehors des heures de travail, j accède à la salle où il se trouve ( c est en "zone protégée" réservée aux projets confidentiels défense, on n y rentre pas comme dans un moulin ...).

Je m assieds devant la machine, je double clique sur l icone du disque dur, et dans un silence total, le folder s'ouvre, indiquant la place disponible : 80 mégas octets !

En cet instant, je suis le maître du monde !!!!!!!
Bon, si ça t'intéresse, il me reste un disque (interne … De PowerBook Duo 230) SCSI de 2,5 pouces et 80 Mo ! :D
 

melaure

Chasseur de Bobos
Club MacG
24 Octobre 2001
24 789
1 712
49
Le Grand Lyon
@jeje, très sympa l'astropack, et introuvable aujourd'hui. Heureusement j'en avais ahceté deux, mais j'ai 3 palourdes ;)

Bon, si ça t'intéresse, il me reste un disque (interne … De PowerBook Duo 230) SCSI de 2,5 pouces et 80 Mo ! :D
Mais heureusement des japonais vendent un kit SCSI CF pour les powerbook 5xx et cie. Pas donné mais c'est la solution ultime ;)
 
Statut
Ce sujet est fermé.