• Bonjour Visiteur. Bienvenue sur les nouveaux forums de MacGeneration. La peinture est encore fraiche, quelques boulons doivent être resserrés, plus d’informations demain !

coup de coeur/de pompe littéraire

LeConcombreMaske

Vétéran
Club MacG
20 Janvier 2004
5 083
1 965
Au frais, dans le bac à légumes masqués !
  • J’aime
Réactions: Fab'Fab

DeepDark

Vétéran
Club MacG
16 Janvier 2008
5 168
845
ailleurs
www.flickr.com



L’Hirondelle avant l’orage, de Robert Littell.

Printemps 1934. Dans une Russie soumise à la terreur stalinienne, le poète Ossip Mandelstam, au péril de sa liberté de son art et même de sa vie, compose un violent réquisitoire contre le maître du Kremlin, sous la forme d'une épigramme qui circule clandestinement jusqu'à ce que Staline en apprenne l'existence. Par les voix alternées du poète et de ses proches sa femme Nadejda, son amie intime la poétesse Anna Akhmatova et l'écrivain Boris Pasternak, futur auteur du Docteur Jivago, L'hirondelle avant l'orage raconte le douloureux périple de Mandelstam qui subira arrestation, torture et exil, pour avoir osé dire sa vérité. Robert Littell, souvent considéré comme l'un des maîtres contemporains du roman d'espionnage, dévoile dans ce livre poétique un autre versant de son immense talent. S'inspirant de la tragique destinée du grand poète russe, avec cet art qui lui est si particulier d'entremêler fiction et Histoire, il nous offre ici une méditation d'une force rare sur l'artiste face au pouvoir. A travers le récit de l'étrange fascination entre le poète et le dictateur, ce roman rend hommage à l'incroyable acte de défi de Mandelstam et explore toute la complexité de l'engagement de l'écrivain.



De loin ma meilleure lecture de l'année*.

Captivant de bout en bout, formidablement documenté (Litell a d'ailleurs rencontré la veuve de Mandelstam en... 79, autant dire que cette chronique a mûri); je ne peux que le conseiller :zen:



* Si on met de côté Cul-de-sac, de Kennedy...
 
A

Anonyme

Invité


"L'histoire se passe en 1954 sur l'île de Shutter Island, dans un hôpital psychiatrique abritant des patients malades mentaux s'étant rendu coupables d'actes criminels. Les marshals Teddy Daniels et Chuck Aule enquêtent sur la disparition d'une patiente, Rachel Solando."

Vivement la sortie au cinéma (repoussée en 2010 :().
 

Craquounette

Membre d’élite
Club MacG
29 Novembre 2005
2 106
1 591
44
www.flickr.com
Vivement la sortie au cinéma (repoussée en 2010 :().
Voilà une remarque qui me surprend. Perso, je suis, 9 fois/10, déçue par la mise en images d'un livre que j'ai apprécié. Cela ne correspond que très rarement à ce que je m'étais imaginer. Le livre a ceci de bien : il est possible de se faire son propre cinéma...
 

yvos

Kool Thing
Club MacG
23 Décembre 2003
9 900
3 555
43
Parigô
perso.wanadoo.fr
Auteur régulièrement porté à l'écran : Gone baby gone et Mystic River.

A lire : Un pays à l'aube. Un grand roman qui couvre les années troubles d'une Amérique en construction. :zen:
 
A

Anonyme

Invité


"Il existe une dynamique dans la mise en œuvre de l'horreur : servez-là garnie d'hyperboles fleuries, et la distance s'installe même si la terreur est présente, puis branchez tous les feux du cliché littéral et figuratif, et vous ferez naître un sentiment de gratitude parce que le cauchemar prendra fin, un cauchemar au premier abord trop horrible pour prendre fin. Je n'obéirai pas à cette dynamique, je ne vous laisserai pas me prendre en pitié. Charles Manson, qui déblatère dans sa cellule mérite, lui, la pitié ; Ted Bundy, qui proteste de son innocence pour que les femmes solitaires lui écrivent, mérite la mépris. Je mérite crainte et respect pour être demeuré inviolé jusqu'au bout du voyage que je vais décrire, et puisque le force de mon cauchemar interdit qu'il prenne fin un jour, vous me les offrirez."
Ainsi parle Martin Michael Plunkett, âgé de 35 ans, coupable de plusieurs dizaines de meurtres sexuels couvrant tout le territoire des États-Unis sur une période de dix années.
Avec Un Tueur sur la Route, James Ellroy s'est attaché à faire le portrait, de "l'intérieur", d'un "serial killer".



Fascinant, déroutant ...
 

teo

Vénérable sage
Club MacG
14 Novembre 2000
10 524
3 089
Paris XXe
www.last.fm
Bon bah moi je recommande particulièrement la série fantasy "le trone de fer" si vous aimez les complots, les personnages complexes, la psychologie de ceux-ci, et surtout vous évader dans des univers différent (pour l'instant 9 tomes sont sortis en poche en français, et la série n'est pas fini).
Le trône de fer / A Song of Ice and Fire
Conseillé par silvio il y a quelques temps, je n'ai pas été déçu.
Je suis immergé depuis 4 mois dans la série. Je n'avance pas très vite (je préfère le lire en anglais) mais je suis au tome 3, A Storm Of Swords (Livres 5 & 6 de la version française ?). Le monde créé est passionnant pour qui aime l'heroic fantasy/epic fantasy. Il y a les longueurs des descriptions, qu'on peut retrouver dans les Verne ou Tolkien… Un peu la loi du genre: comment faire rêver et imaginer avec des mots. J'aime, l'esprit court et rêve, crée. Chaque chapitre est la voix d'un des personnages, récurrent ou non et crée un univers en décalage (tout ne se suit pas forcément).
Un monde ancien, Westeros, protégé au Nord de mystérieux monstres par un immense Mur, de très longs hivers (de nombreuses années), vestiges de magie et de dragon (cela reste un monde très réaliste, sans arme à feu, où parfois s'invite des mystères…), destinations lointaines aux parfums de sang, de glace et de feu, des gardiens-veilleurs en noir, des rois et princes assoiffés de pouvoir, des incestes et des viols, des enlèvements, des guerres, chaque personnage est pris à un moment ou à un autre par un torrent qui le dépasse et sur lequel il n'a que peu de prise, et qui souvent l'engloutit. Des personnages se révèlent, d'autres disparaissent. Pas de baguette ou de potion magique, Martin nous fait comprendre que là n'est pas l'essentiel.
Un vrai plaisir de lecteur.

Mon vocabulaire anglais lui, s'étoffe, un cousin américain de passage me raconte que c'est du très vieil anglais :D Je me régale quand même, découverte du langue et d'un monde incroyable et touffu. Et des agacements temporaires: GRR Martin massacre ses personnages, grands ou petits, avec une facilité déconcertante. D'ailleurs, là, je fais une pause: j'ai du mal à me remettre d'un festin sanguinolent :siffle: :eek: Certain-es vont me manquer :( J'en profiterai peut-être aussi pour me garder le 4e tome pour plus tard: le 5e (sur 7 prévus) qui devait sortir en juin a été reporté à une date ultérieure…

Et dans la série des livres adaptés à l'écran, le tournage du pilote par HBO commence en octobre en Irlande :D Y'a à mon avis maldonne sur certains rôles, mais bon… c'est une autre histoire :D
Un jeu vidéo est aussi prévu (les livres ont déjà donné lieu à de nombreux de rôles et jeux de cartes…).

 

yvos

Kool Thing
Club MacG
23 Décembre 2003
9 900
3 555
43
Parigô
perso.wanadoo.fr
Mais encore ?
Je partage le propos de Corentin. Un tueur sur la route, c'est assez de la balle :D et fait partie du bon James Ellroy. Ca, au moins, c'est une appréciation personnelle :style:


Sinon, et bien je recommande chaudement La Religon, de Tim Willocks, espèce de roman historique épique et brutal, noir et violent. C'est un bon pavé mais on assez vite pris dedans, malgré l'univers parfois un peu ampoulé.

Je craignais un peu de m'emmerder avec ces petits combats entre chevaliers et janissaises ('ont bien braves ceux là :D ), mais les descriptions sont assez ahurissantes sans être ennuyeuses. L'intrigue s'enrichit progressivement au long de livre.



Le pitch, histoire de :

"Mai 1565. Malte. Le conflit entre islam et chrétienté bat son plein. Soliman le Magnifique, sultan des Ottomans, a déclaré la guerre sainte à ses ennemis jurés, les chevaliers de l'ordre de Malte. Militaires aguerris, proches des Templiers, ceux-ci désignent leur communauté sous le vocable de " la Religion ". Alors qu'un inquisiteur arrive à Malte afin de restaurer le contrôle papal sur l'ordre, l'armada ottomane s'approche de l'archipel. C'est le début d'un des sièges les plus spectaculaires et les plus durs de toute l'histoire militaire. Dans ce contexte mouvementé, Matthias Tanhauser, mercenaire et marchand d'armes, d'épices et d'opium, accepte d'aider une comtesse française, Caria La Penautier, dans une quête périlleuse. Pour la mener à bien, ils devront affronter les intégrismes de tous bords, dénouer des intrigues politiques et religieuses, et percer des secrets bien gardés. Sur fond de conflits et de mystères religieux, cet ouvrage follement romanesque et d'une érudition sans faille témoigne d'un sens de l'intrigue remarquable. En explorant la mystérieuse histoire des chevaliers de l'ordre de Malte, Tim Willocks, porté par une langue aussi intense que réaliste, évoque autant Alexandre Dumas qu'Umberto Eco. Un classique immédiat."

Bon, je suis pas sûr que cette description attire vraiment... :D
 
A

Anonyme

Invité
Mais encore ?
Pas grand chose à dire d'autre, si ce n'est que c'est un livre que j'ai vraiment apprécié.
J'ai du mal à l'exprimer par écrit c'est tout, donc je recommande juste sa lecture.

Comme "Le Voyage dans le passé" de Stefan Zweig dont la première traduction française date de 2008.

Résumé :

Neuf ans après s'être vus pour la dernière fois, un homme et une femme qui se sont aimés se retrouvent.
Louis est un jeune homme pauvre mais animé d'une violente volonté de s'extraire de sa condition. Il parvient à gagner la confiance du Conseiller G., directeur d'usine qui fait de lui son secrétaire particulier et l'invite à demeurer dans sa demeure bourgeoise. Là il rencontre la femme du conseiller : eux que tout sépare se sentent irrésistiblement attirés l'un vers l'autre. Le Conseiller offre cependant à son jeune protégé de partir pour l'Amérique du Sud afin d'y diriger une importante affaire, le jeune homme y voit le moyen de réaliser ses ambitions. La veille du départ, l'un et l'autre réalisent combien ils s'aiment : elle lui promet alors de lui appartenir à son retour.
Par delà l'océan, Louis s'acharne à travailler pour effacer le manque. Il compte les jours avant son retour quand survient la première Guerre mondiale. Leur séparation qui ne devait durer que quelques semaines se prolonge plusieurs années.
Avec le temps, la résignation vient, Louis se marie. Mais quand la guerre se termine enfin et qu'il doit revenir en Allemagne pour affaires, il songe à elle et ne peut s'empêcher de la joindre, de lui rendre visite. Le Conseiller est mort depuis longtemps. Plus aucun obstacle n'existe à leur amour, mais à mesure que les heures passent et malgré leurs efforts, ils ne parviennent pas à faire revivre leurs sentiments. Elle se sait devenue vieille, lui réclame qu'elle tienne sa promesse avant de prendre bientôt conscience que le temps a effectivement rendu vaine toute tentative pour renouer le fil de leur amour.

 
A

Anonyme

Invité
Je partage le propos de Corentin. Un tueur sur la route, c'est assez de la balle :D et fait partie du bon James Ellroy. Ca, au moins, c'est une appréciation personnelle :style:
Ui ui, lu sur les conseils de tonton.

Pas grand chose à dire d'autre, si ce n'est que c'est un livre que j'ai vraiment apprécié.
J'ai du mal à l'exprimer par écrit c'est tout, donc je recommande juste sa lecture.
Je voulais juste lire un avis un peu plus approfondie. :zen: