permissions : de quoi est-il question ?

jeanmi21

Nouveau membre
21 Septembre 2011
9
0
Bonjour

J'utilise CCleaner, et l'onglet 'réparation des permissions' m'a un peu surpris.

J'ai trouvé des items concernant des scanners et imprimantes Canon et Epson, alors que je n'ai jamais utilisé que du matériel HP.

D'abord, je ne sais pas ce que ces permissions signifient. D'autre part, l'apparition de matériels ne correspondant pas à ce que j'utilise est-il normal, ou le signe que j'ai été piraté ?
Merci de vos conseils. :)
 

Sly54

Acrobate de l'espace
Modérateur
Club MacG
31 Janvier 2005
51 245
9 673
Nancy___
Bonsoir,

Si tu veux réparer les permissions, le mieux est quand même d'utiliser les outils Apple : Utilitaire de disque.

Le mieux (bis) est aussi de ne pas utiliser d'outils comme CCleaner (la Recherche, si tu n'es pas convaincu).

Quant aux drivers des imprimantes Canon et Epson, ils sont installés en standard par l'OS.
 

Madalvée

Membre un peu pommé
Club MacG
26 Décembre 2009
3 563
676
43
Besançon (25)
Quant aux drivers des imprimantes Canon et Epson, ils sont installés en standard par l'OS.

Normalement plus maintenant qu'OSX est dématerialisé, mais jusqu'à Snow oui.
 

macomaniac

Ouroboros
Club MacG
20 Septembre 2012
85 387
25 767
Forêt de Fontainebleau
je ne sais pas ce que ces permissions signifient

Le moindre item dans OSX (fichier, dossier, application) se trouve associé à des Privilèges, qui sont comme des attributs invisibles (dans l'utilisation courante) mais néanmoins absolument opératoires (dans le fonctionnement du Système).

Un Privilège est un 'Pouvoir' (de faire ou de ne pas faire = 'Permission') strictement associé dans son extension à un 'Agent' (individuel ou collectif, personnel ou impersonnel, susceptible de faire usage de l'item = 'Accédant').

♤

Le système de base des Privilèges dans OSX se nomme le POSIX (Portable Operating System Interface_uniX, que tu pourrais retraduire plus intuitivement en : 'POuvoir Sélectif d'Intervention dans osX :D) et se caractérise par 2 distributions ternaires :

- celle des Accédants (distribués en : Propriétaire = usager racine, marqué par u comme 'user' ; Groupe = usagers statutaires rassemblés dans une classe, marqués par g comme 'group' ; et les Autres = usagers sans statut considérés comme de simples passants, marqués par o comme 'others')

- celle des Permissions (distribuées en : Lecture = pouvoir d'afficher le contenu d'un item, marqué par r comme 'read' ; Écriture = pouvoir d'éditer le contenu d'un item, marqué par w comme 'write' ; et Exécution = pouvoir de faire opérer le contenu exécutif d'un item [comme une application], marqué par x comme 'eXecute')​

♧

Ces deux distributions ternaires (Accédants et Permissions) s'articulent, pour le moindre item de OSX, en une combinaison déterminée, variable d'un item à un autre selon qu'on a affaire à des items sensibles ou indifférents, qui est sa 'Carte de privilèges_POSIX' si je puis dire. Prenons 2 exemples pour illustrer les choses : le 'Répertoire Personnel' global d'un utilisateur et le dossier 'Bureau' qu'il contient.

- en ce qui concerne le 'Répertoire Personnel' d'un utilisateur que nous nommerons jeanmi, la carte normale des privilèges POSIX telle que l'affiche une fenêtre d'informations du Finder est la suivante = jeanmi : lecture & écriture ; staff : lecture seulement ; everyone : lecture seulement. Les fenêtres d'informations du Finder donnent une vision graphique simplifiée de la carte POSIX qui formellement est : drwxr-xr-x jeanmi staff. C'est-à-dire que le d(irectory = dossier d'usager ici) est associé aux permissions read+write+execute pour son user = jeanmi ; aux permissions read+-[0 écriture]+execute pour le group = staff [les 'ayant-comptes permanents' dans OSX] : et aux permissions read+-[0 écriture]+execute pour les others = le tout-venant de l'espace OSX.

- en ce qui concerne le 'Bureau Personnel' du même utilisateur, la carte de ses privilèges POSIX affichés dans une fenêtre d'informations du Finder est = jeanmi : lecture & écriture ; everyone : Accès interdit. Carte POSIX qui formellement est : drwx------ jeanmi staff, c'est-à-dire que le directory 'Bureau' (Desktop) est associé ici aux permissions read+write+execute pour son user = jeanmi, mais aux permissions --- [0 lecture, 0 écriture, 0 exécution] pour le group = staff ainsi que pour les others = n'importe qui.​

Ce qui, concrètement, dans l'usage graphique, se traduit par la possibilité pour un membre du groupe staff ou même n'importe qui ayant une entrée dans OSX d'afficher l'espace contenu dans le répertoire de l'usager jeanmi, ce qui permet d'avoir accès au dossier 'Public' qu'il contient ; mais l'impossibilité d'éditer cet espace contenu, et l'impossibilité, à part son propriétaire jeanmi, d'avoir le moindre accès au dossier 'Bureau' qu'il contient, dans notre exemple.

♡

Tu remarqueras qu'à la différence des sociétés humaines réglementées aussi par un système de «Droit», les Privilèges dans OSX sont nécessaires et pas seulement impératifs. Ce ne sont pas des exigences morales qu'on peut choisir de suivre ou de transgresser, ce sont des caractéristiques objectives qui s'imposent comme une quasi nature des choses. Une 'inderdiction' n'est pas, comme celle de traverser les voies du chemin de fer, une obligation morale qui n'empêche pas en soi la transgression physique - c'est un véritable 'Mur' qui fait obstacle à la possibilité de faire. Si un usager veut faire, dans OSX, ce qu'il n'a pas le privilège de faire - eh bien! il bute sur une interdiction qui paraît pour lui aussi solide qu'un mur de briques.

Tu remarqueras aussi qu'à la différence encore des sociétés humaines réglementées par un système de «Droit» largement héritier des principes de la Révolution Française, la Fondation des Privilèges dans l'espace de OSX ne se réclame pas d'un principe d'égalitéTous les hommes naissent libres et égaux en droit»), mais d'un principe de hiérarchieLe Roi règne seul sur une pyramide de sujets»). En l'occurrence pour OSX, il s'agit de root, le Roi invisible de l'espace du Système, chaque agent ou sujet subalterne n'exerçant jamais qu'un privilège second ou un défaut de privilège second par rapport à ce Souverain inapparent. Même le 'kernel', le noyau du Système, n'exerce ses compétences qu'en 'Privilèges Exécutoires_root'. En pleine époque 'Moderne' du «Droit Civil» démocratique, les Systèmes Informatiques incarnent sans complexe un 'Moyen-Âge' féodal de la «Juridiction». Plus largement, il est intéressant de constater que la Rationalité Logique s'incarne dans des systèmes hiérarchiques, que ce soit en Mathématiques ou en Logique Mathématique, dans lesquels l'empire de la Démonstration implique nécessairement le Privilège de l'Axiome sur les Conséquences ; alors même que la Rationalité Morale s'incarne dans des normes égalitaires, que ce soit dans la Moralité stricto sensu ou dans la Légalité, parce que le principe-racine est absolument l'égale dignité des sujets, si bien que l'espace qui s'ouvre à partir de lui n'est pas pyramidal mais mono-topique. Car il n'y a de morale possible, que là où s'impose a priori une exigence universelle dans un espace sans privilèges. C'est l'apport du philosophe Kant d'avoir établi sans ambages la dualité radicale de la Raison dans ses usages Logique vs Moral - ce qui ne peut manquer de susciter l'effroi intellectuel bien plus qu'un simple étonnement philosophique...

Tu noteras enfin qu'une dimension de liberté peut s'exercer dans le cadre strict des Privilèges Hiérarchiques de la société 'POSIX' :D, puisqu'il est toujours possible de réviser localement les appariements Accédants / Permissions à l'intérieur de OSX, de manière à attribuer à tel ou tel des droits que, régulièrement, il n'aurait pas le 'droit' d'avoir. On pourrait parler ici de 'promotion hiérarchique', ou inversement de 'destitution hiérarchique' qui consistent dans de véritables 'coups de force légaux', reconnus légitimes dans OSX sous le noms de 'Droits d'ACL', càd. de Privilèges ressortissant non pas de la règlementation POSIX, mais d'une Liste de Contrôle d'Accès parallèle qui possède sur la règlementation POSIX un pouvoir d'Outre-Passement de type hégémonique ('Over-riding'). Ces 'Privilèges de l'ombre' ont tout d'une 'légalité mafieuse' parallèle, si je puis dire sans paradoxe, qui passe toujours par l'octroi d'un super-privilège seigneurial de la part du monarque invisible root...


♢
 
Dernière édition:

pascalformac

Légende
Club MacG
23 Novembre 2003
58 699
1 814
Le mieux (bis) est aussi de ne pas utiliser d'outils comme CCleaner (la Recherche, si tu n'es pas convaincu).

Quant aux drivers des imprimantes Canon et Epson, ils sont installés en standard par l'OS.
je plussoie
gaffe avec ce machin

et quitte à faire de l'entretien
utiliser les outils Apple ou ceux qui se basent vraiment sur eux
(comme maintenance et onyx)