Le thread post-mortem [v.2]

TimeCapsule

Vétéran
Club MacG
24 Octobre 2009
8 736
3 315
Roger Carel

carel.jpg
 

Moonwalker

Dark Star
Club MacG
22 Avril 2006
21 959
4 013
Là-haut

Le boxon que ça vient de mettre dans la campagne U.S. :eek:

Je suis plutôt pro-Républicain mais le leader de la majorité au Sénat a quand même du culot de vouloir imposer le vote avant l'introduction du nouveau Congrès le 20 janvier 2021. Le même avait il y a quatre ans refusé la validation du candidat d'Obama au motif qu'on était en année électorale. Pas un camp pour racheter l'autre. Déliquescence d'une démocratie.

Madame Ginsburg méritait mieux que ce spectacle navrant. La cour suprême U.S. aussi.
 
  • J’aime
Réactions: Human-Fly

TimeCapsule

Vétéran
Club MacG
24 Octobre 2009
8 736
3 315
Sur ce coup là, Trump a une chance étonnante : il ne fait que respecter les textes en nommant dans la semaine qui vient. Quie Biden braille, il est dans son rôle, mais il ne peut rien faire de plus !
Quand on voit ce que sont devenus les démocrates en quelques années, ça ne m'arrache pas des larmes !

Et ce n'est pas un hasard si au vocable de "parti démocrate" se substitue de plus en plus celui de "gauche américaine"...
 

Moonwalker

Dark Star
Club MacG
22 Avril 2006
21 959
4 013
Là-haut
Je ne suis pas d'accord. Il y a le texte et l'esprit du texte. Le principe directeur de la démocratie étasunienne, c'est le pouvoir du peuple, par le peuple, pour le peuple. Ce sont les électeurs qui doivent décider qui sera en position de nommer à la cour suprême. D'ailleurs, il aura à sa disposition le 4 novembre deux manières d'influer sur le prochain choix : par l'élection du président et par l'élection d'une partie des sénateurs. Priver le peuple de ce droit pour des calculs de basse politique est symptomatique d'une démocratie malade.

J'étais d'accord avec les Républicains il y a quatre ans qu'Obama ne pouvait pas nommer à la cour suprême en pleine campagne présidentielle. Je n'ai pas changé d'avis.

Toutefois, les Démocrates se sont tirés une balle dans le pied au début du mandat de Trump en tentant de bloquer son choix pour la cour suprême. La procédure nécessitait alors une majorité de 60 sénateurs. Devant la résistance jusqu'au-boutiste des Démocrates, les Républicains ont changé la procédure pour une majorité simple. Voilà pourquoi ils peuvent en théorie faire passer le candidat de Trump sans se soucier de l'autre camp.

Maintenant, que Trump nomme et que le Sénat avalise, c'est loin d'être joué. La majorité Républicaine au Sénat est courte et beaucoup de sénateurs sont en campagne pour défendre leurs sièges. C'est devant les électeurs qu'ils devront rendre des comptes et tous ne sont pas assurés d'avoir une base suffisamment partisane pour tolérer une telle entorse aux principes démocratiques.

Dans tous les cas, le sujet va fortement mobiliser les deux camps. Cette élection s'annonce dantesque.
 
  • J’aime
Réactions: Human-Fly

Moonwalker

Dark Star
Club MacG
22 Avril 2006
21 959
4 013
Là-haut
En sont-ils conscients ?
Les électeurs ? Oui. Les étasuniens vivent dans le droit en permanence. Ils peuvent passer pour ignorants dans de nombreux domaines mais ils savent l'importance de la cour suprême fédérale.

Des défections - attendues - dans le camp Républicain se sont déjà manifestées :

Trump peut faire comme Obama et présenter son candidat. C'est justifiable puisque que c'était la position de l'administration précédente. La suite, comme à l'époque, serait dans les mains du Sénat et les élus Républicains se retrouveraient aux pied du mur. Vont-ils franchir le Rubicon ? À mon sens, ils n'ont rien à y gagner. Ils doivent se focaliser à conserver la majorité au Sénat et pas risquer de se discréditer dans une aventure déjà mal partie. Mais la politique étasunienne est devenue tellement irrationnelle que tout est possible.
 
  • J’aime
Réactions: Human-Fly

TimeCapsule

Vétéran
Club MacG
24 Octobre 2009
8 736
3 315
Je ne suis pas d'accord. Il y a le texte et l'esprit du texte. Le principe directeur de la démocratie étasunienne, c'est le pouvoir du peuple, par le peuple, pour le peuple.
…/…
Dans tous les cas, le sujet va fortement mobiliser les deux camps. Cette élection s'annonce dantesque.

Le problème avec Biden, c’est qu’il n’a rien à voir avec les Clinton B.ou Obama qui l’ont précédé. Il suffit de voir la liste de certains de ses appuis : Sanders, Clinton H., AOC (Alexia Ocasio-Cortez) cette dernière n’étant qu’une Obono version US !

En résumé, tout sauf Biden !